top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Renvois | Criminalisation, contrainte, mesures de force. Et si on s’arrêtait pour réfléchir ?

En ligne depuis le 1 février 2000 et publié dans - modifié le 17 juin 2017

Oui, il y a problème, si des criminels peuvent s’installer en Suisse à la faveur du droit d’asile. Mais soyons sérieux, derrière cette caricature, constamment avancée pour justifier des mesures de contrainte toujours plus excessives, se cache une toute autre réalité. Celle de réfugiés déboutés qui ne demanderaient pas mieux que de vivre normalement, mais que l’on pousse au désespoir et parfois à la faute en les condamnant à la précarité, après avoir minimisé les dangers qui les attendent dans leur pays. Les autorités peuvent bien se plaindre des «difficultés d’exécution». Elles sont elles-mêmes responsables des impasses qui les inquiètent. Quelques éléments d’analyse.

, ,