top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Editorial | Merci d’être venus

En ligne depuis le 15 décembre 2003 et publié dans - modifié le 24 juin 2017

Ils n’ont pas pu voter le 19 octobre, mais ce sont bien eux, les étrangers, requérants d’asile et autres Albanais stigmatisés par l’UDC, qui ont reçu le résultat des dernières élections fédérales comme un coup de massue.

Quelle que soit la formule de gouvernement qui sortira le 10 décembre des conciliabules politiques, ils savent déjà que, pendant quatre ans, un parti qui a fondé sa propagande sur la xénophobie va peser de tout son poids sur leur destin. Et pourtant, sans eux, que serait la Suisse?

Sous l’impulsion de Solidarité sans frontière (SosF), qui fédère de nombreux groupes de solidarité avec les requérants d’asile et les étrangers, une campagne de longue durée a commencé à faire entendre cette vérité: «Sans nous, rien ne va plus».

Au moment où tant de nos concitoyens, aveuglés par une logique simpliste, s’en prennent aux étrangers comme à des boucs émissaires, cette affirmation simple du rôle vital des étrangers dans notre société est peut-être bien la meilleure des ripostes.

Et plutôt que de leur dire «partez», notre pays ferait bien d’apprendre à leur dire «merci d’être venus».

Vivre Ensemble