top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Editorial | Aide d’urgence

En ligne depuis le 8 février 2008 et publié dans - modifié le 1 juillet 2017

Depuis le début de l’année, la dureté de la nouvelle législation s’applique dans toute son ampleur. Changement le plus visible, et le plus concret: le fait de couper les vivres à tous les déboutés de la procédure d’asile en leur retirant l’aide sociale qu’ils touchaient jusque là, pour les inciter à «disparaître». Ne reste plus pour eux qu’une «aide d’urgence» minimale, qui vise à les pousser dans la clandestinité.

Il faut le dire, la méthode a eu un certain succès à l’encontre des personnes frappées de non-entrée en matière (NEM), qui l’ont expérimentée depuis le 1er avril 2004. Quelques 10’000 personnes ont bel et bien plongé dans la clandestinité. Cela pose de multiples problèmes sociaux, sanitaires, sécuritaires et autres, mais cela n’a pas empêché Christoph Blocher de se féliciter de la baisse du nombre des personnes à la charge de l’asile. Les «disparus» ne sont plus dans les statistiques.

Les personnes frappées de NEM étaient surtout des célibataires. A l’avenir, la suppression de l’aide sociale va aussi viser des familles et des malades. Dans ce numéro, un médecin nous alerte sur les répercutions négatives de ces mesures sur ceux qui sont fragiles psychiquement. Après avoir poussé vers la prison ceux qui préféraient se débrouiller tous seuls à coups d’expédients, l’aide d’urgence va-t-elle pousser les malades à l’hôpital psychiatrique?

Un autre problème se pose désormais avec ceux qui ont introduit une demande de réexamen et qui ont obtenu de l’autorité fédérale le droit de rester en Suisse jusqu’à la décision. Ceux-là sont en Suisse légalement, et l’expérience montre que beaucoup de ces demandes aboutissent positivement. A l’avenir, ces personnes en procédure de réexamen seront tout de même privées d’aide sociale et poussées à s’en aller. Des courriers officiels leur font même croire qu’ils sont tenus de quitter la Suisse.

Pour tenir, il leur faudra compter sur l’aide des réseaux d’entraide. S’ils disparaissent avant la décision, leur dossier sera définitivement classé. A Soleure, un homme a tenu trois ans et demi, porté à bout de bras par divers groupes de solidarité, avant de voir le Comité des Nations Unies contre la torture (CAT) intervenir auprès de la Suisse en soulignant que la décision de renvoi et de NEM prise contre lui, violait la Convention des Nations Unies contre la torture. Il nous raconte ce qu’a représenté pour lui cette épreuve.

Aide d’urgence? Oui, il y a urgence à apporter notre aide à ces laissés pour compte de notre politique d’asile.

Yves Brutsch

, , , ,