top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Grèce | Dans le camp d’Amygdaleza, “le pas­sage à tabac fait par­tie du quotidien”

En ligne depuis le 11 décembre 2013 - modifié le 20 août 2014

«A Amygdaleza, si vous deman­dez un avo­cat, c’est le pas­sage à tabac et l’isolement ; si vous pro­tes­tez sim­ple­ment, on vous place juste un sac noir sur la tête».

Article de Costas Zafiropoulos, publié sur le site Okeanews.fr, le 16 octobre 2013. Cliquez ici pour lire l’article complet sur le site d’Okeanews.

«Il faudra que le gouvernement décide s’il veut que nous soyons témoins au procès d’Aube Dorée ou que nous soyons des accusés. Le gouvernement du racisme, des camps de concentration, des opérations « Xénios Zeus », en est à mettre en place une industrie de poursuites contre les gens de gauche et les antifascistes, ce qui montre en pratique la réalisation de la coopération entre Aube Dorée et Nouvelle Démocratie»

8250063634_c6a3cf328a_n

Camp d’Amygdaleza
Photo de Rebecca Harms, 2012

«Le pas­sage à tabac fait par­tie du quo­ti­dien, là-dedans », explique-t-il. « Même quand, en été, nous vou­lions por­ter de l’eau dans les conte­neurs où nous vivions, on nous pas­sait à tabac ». Il explique la gra­da­tion de la vio­lence : si vous deman­dez un avo­cat, c’est le pas­sage à tabac et l’isolement. Si vous ne faites que pro­tes­ter, on vous passe sim­ple­ment un sac noir sur la tête. «A Amygdaleza, plu­sieurs jours doivent pas­ser avant qu’on ne se sente humains» dit Mohammed qui dénonce que les fonc­tion­naires de l’ambassade du Pakistan à Athènes, en col­la­bo­ra­tion avec le gou­ver­ne­ment pakis­ta­nais, font pres­sion sur les Pakistanais qui sont déte­nus à Amygdaleza pour qu’ils rentrent au pays, contre leur volonté.

 

,