top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Lausanne, 31.03.13 – Manifestation | Droit de rester – Les affameurs pillent et les réfugié-e-s paient

En ligne depuis le 27 mars 2014 - modifié le 5 août 2014

Le collectif Droit de rester convoque une manifestation pour protester contre l’accaparement des terres de la part des sociétés actives dans le commerce des matières premières ainsi que pour soutenir les victimes de ces injustices, pour lesquelles il demande un accueil digne et durable.

Publié par le blog de Droit de rester, le 25 mars 2014. Cliquez ici pour lire le billet sur le blog de Droit de rester.

Lausanne accueille dans ses salons feutrés du 31 mars au 2 avril  les dirigeant.e.s des sociétés de négoces multinationales, banques d’investissement et autres groupes spécialisés dans le commerce des matières premières. Ces personnes sont responsables du pillage d’un grand nombre de pays, dont les populations se retrouvent dépossédées de leurs terres et de leurs ressources. Les banques d’investissement spéculent sans vergogne sur les matières premières, renchérissant le prix des produits comme le riz, le blé, le sucre ou encore le café, qui sont pourtant les produits de base de l’alimentation. Face à l’accaparement de leurs terres et de leurs ressources, de nombreuses personnes sont obligées de migrer vers les pays riches – dont la Suisse, siège de grands nombres de ces multinationales au bénéfice de rabais fiscaux.

Évidemment pas de salons feutrés en Suisse pour les réfugié.e.s victimes de ces pilleurs ! Celles et ceux  qui survivent au voyage et qui arrivent en Suisse, sont condamné.e.s à survire dans le système dit de l’aide d’urgence : sans droit de travailler, avec 9 francs par jours pour couvrir tous leurs besoins (nourriture, hygiène, santé) dans l’attente de leur renvoi, souvent par la force. En comparaison, Ivan Glasenberg, le patron de Glencore (basée à Zoug), touche cette année un dividende de 182 millions pour avoir accaparé les terres colombiennes qui recèlent notamment du charbon, condamnant  les populations locales à l’appauvrissement.

Ne rien dire, ne pas s’opposer à cette injustice, c’est se faire complice de celles et ceux qui créent la misère et la violence dans les pays pauvres.

Notre solidarité va aux victimes pour lesquelles nous demandons à la Suisse un accueil digne et durable.

Combattre les affameurs des peuples pauvres et permettre à chaque citoyen.ne du monde de pouvoir vivre dans son pays est le devoir de nous tous et toutes.

Rendez-vous lundi 31 mars à 17h30, place St-François à Lausanne pour manifester contre le sommet des matières premières.

, ,