top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Chronique Europe | avril à mai 2018

En ligne depuis le 29 juillet 2018 et publié dans - modifié le 10 août 2018

12 avril
Désormais, un mineur non accompagné qui atteint sa majorité durant la procédure d’asile conserve son droit au regroupement familial. C’est ce qu’a décidé la CJUE dans un arrêt du 12 avril 2018. Cette demande de regroupement familial doit néanmoins se faire dans un délai raisonnable, en principe trois mois à partir du moment où l’asile a été octroyé. Pour les personnes réfugiées, la CJUE prévoit des conditions facilitant l’exercice de ce droit.

22 avril
Des ressortissants soudanais renvoyés par l’Italie, la France et la Belgique dans leur pays d’origine ont subi des actes de torture à leur retour. Un journaliste du New York Times s’est rendu sur place et a recueilli des témoignages de victimes de violence commise par la police secrète soudanaise. Les autorités ont démenti ces allégations. En 2014, un rapport de Human Rights Watch faisait état de policiers et de gardes-frontières impliqués dans le trafic de personnes migrantes à la frontière du Soudan et de l’Érythrée.

23 avril
En Grèce, sur l’île de Lesbos, des personnes réfugiées réunies sur la place Sappho pour protester contre les conditions réservées aux demandeurs d’asile ont été la cible d’une attaque par un groupe d’extrême droite. Selon le reportage du quotidien grec Journal des Rédacteurs (Efimerida tôn Syntaktôn), 35 personnes ont probablement été blessées parmi les migrants dont certaines grièvement. Aucune d’entre elles n’aurait répondu aux violences. Parmi les réfugiés, des hommes se sont placés autour des femmes et des enfants afin de les protéger. La police aurait reçu comme consigne d’encercler les réfugiés sans pour autant arrêter les attaquants.

7 mai
Cinq sauveteurs espagnols et danois jugés pour trafic de migrants ont été relaxés. Le juge est allé à l’encontre du réquisitoire du procureur qui avait plaidé pour un verdict de culpabilité. « Ce procès est important car l’assistance humanitaire ne peut pas et ne doit pas être criminalisée », avait déclaré à l’AFP à l’ouverture du procès un des accusés danois, Salam Aldeen. Tous les prévenus participaient à l’époque de leur arrestation en janvier 2016 à des sauvetages en mer de personnes exilées affluant depuis les côtes turques proches.

11 mai
Un protocole international sur la question des personnes décédées et disparues a été lancé à Mytilène et a déjà signé par une cinquantaine de personnes et d’organisations à l’échelle internationale. La « déclaration de Mytilène » a pour finalité un traitement digne des personnes disparues et décédées ainsi que de leurs familles et proches. Cette déclaration s’inscrit dans un contexte où en dehors du réseau des croissants rouges, croix rouge et du CICR, peu de solutions sont offertes à celles et ceux confronté.e.s à la disparition d’un proche exilé.

26-27mai
En France, les États Généraux des Migration (EGM) ont tenu leur première session à Montreuil, réunissant près de 500 personnes en soutien aux personnes migrantes. Ces EGM sont nés à l’automne 2017 suite à l’envoi d’une lettre ouverte au gouvernement où 470 associations signataires réclamaient notamment la fin des violences à l’égard des migrants et celle du « délit de solidarité ». Pour cette première session des EGM, un manifeste a été rédigé par une centaine d’assemblées locales issues de 76 départements proposant l’adoption d’un « socle commun pour une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes ».

30 mai
Leoluca Orlando, maire de Palerme et ancien député européen réaffirme sa prise de position en faveur de l’abolition du permis de séjour, qu’il considère comme une nouvelle peine de mort ou un nouvel esclavage. Il revendique la mobilité comme droit inaliénable de chaque homme et femme permettant de choisir le lieu où « vivre, vivre mieux et ne pas mourir». La « Charte de Palerme » qu’il a rédigé en 2015 développe cette approche de la migration.

Page réalisée par Joyce Bitzberger
Sources : presse, Migration News Sheet, Migreurop, site asile.ch

 CEDH : Convention européenne des droits de l’homme

 CourEDH : Cour européenne des droits de l’homme

CJUE : Cour de justice de l’Union européenne

DFJP : Département fédéral de justice et police

HCR : Haut Commissariat pour les réfugiés

MNA : mineur non accompagné

SEM : Secrétariat d’État aux migrations

TAF : Tribunal administratif fédéral

UE : Union européenne


En relation avec cet article