top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Cartographie | Le mythe de l’ “invasion”. Déconstruire une idée-reçue

En ligne depuis le 19 février 2019 et publié dans - modifié le 12 mars 2019

Un sondage Eurobaromètre sur l’immigration dans l’Union européenne publié en avril 2018 montre que les populations européennes ont tendance à largement surestimer la présence d’étrangers non-européens dans leurs pays respectifs (lire éditorial). Quelques données et cartes visent ici à déconstruire le mythe d’une prétendue « invasion ». Les cartes ont été réalisées par Philippe Rekacewicz, géographe et cartographe de visionscarto.net, dans le cadre d’un partenariat avec Vivre Ensemble. Originales, elles méritent d’être diffusées sans modération.

D’où viennent nos étrangers ?

En Suisse, sur les quelque 8,5 millions d’habitants en 2017, 2,1 millions (25 %) étaient de nationalité étrangère. Un taux élevé comparativement au reste de l’Europe (cartes ci-dessous), qui s’explique par les difficultés d’accès à la nationalité suisse (qui se sont encore durcies depuis le 1er janvier 2018) ainsi que par l’attrait relatif pour le passeport suisse des ressortissants de l’Union européenne.

Et justement, 83% des étrangers résidant de manière permanente en Suisse sont européens et proviennent pour 2/3 des pays membres de l’UE/ AELE. Les Allemands figurent en tête, suivis des Italiens, puis des Portugais.

Restent donc 17 % de ressortissants non-européens, avec en tête les personnes originaires du Continent asiatique (7,5 %), africain (5 %), puis américain et d’Océanie. Les apatrides représentant 0,1 % de la population étrangère en Suisse.

En Europe, sur 541 millions habitants, 11 % sont d’origine étrangère, dont un peu moins de la moitié est une migration intra-européenne. Seuls 6% des étrangers en Europe proviennent donc d’États extra-européens. Cette réalité est cartographiée en pages 14-15. Elle illustre à quel point le discours sur la migration africaine et en particulier subsaharienne, est marqué  par la disproportion (p. 9).

Pour encore ramener les choses dans leur contexte, nous avons également cherché à montrer où se situait le taux de demandeurs d’asile en Europe. Avec moins d’un million de demandeurs d’asile en moyenne annuelle entre 2014 et 2017, ceux-ci représentent 0,2 % de la population totale européenne.

Sophie Malka

 


En relation avec cet article

, ,