top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Cercle d’Amis Cornelius Koch | Prix suisse des droits humains «Alpes ouvertes» 2019

En ligne depuis le 6 mai 2019

Le 23 avril 2019, Le Cercle d’amis Cornelius Koch a remis le prix suisse des droits humains  “Alpes ouvertes” 2019 aux ” 7 de Briançon”. Pour rappel, en décembre 2018, le tribunal correctionnel de Gap déclarait les “7 de Briançon” coupables d’aide à l’entrée sur le territoire d’une personne en situation irrégulière. Les peines prononcées ont marqué un tournant dans la criminalisation de la solidarité. Le prix a été remis au col de Montgenèvre, où les sept militants avaient été arrêtés à une manifestation transfrontalière.

Ci-dessous, le communiqué de presse de la remise du Prix des droits humains “Alpes ouvertes” 2019.

 

Communiqué

Remise du prix suisse des droits humains

Alpes ouvertes 2019

aux «7 de Briançon» le 23 avril

 

Une année après la manifestation antifasciste entre Clavière (Italie) et Briançon:

Aujourd’hui, le 23 avril 2019, le prix suisse des droits humains “Alpes ouvertes” 2019 du Cercle d’Amis Cornelius Koch (l’abbé suisse des réfugié·es, 1940-2001) a été remis aux “7 de Briançon” en signe de reconnaissance et de remerciement pour leur engagement courageux dans le sauvetage de réfugiés en montagne et dans la dénonciation des actes racistes et xénophobes. Le prix se monte à 12.000 CHF.

La cérémonie de la remise du prix a eu lieu ce matin devant la Police aux Frontières sur le Col de Montgenèvre qui relie Oulx en Italie à Briançon. Plus que 100 personnes de différents pays se sont retrouvées à cet endroit malgré un temps pluvieux et froid devant un dispositif massif de gendarmes. La cérémonie a commencé avec une minute de silence pour les victimes de la Forteresse Europe aux frontières et dans la Méditerranée.

Ensuite plusieurs personnalités internationales ont pris la parole pour soutenir l’engagement des 7 de Briançon et pour condamner la politique de la fermeture des frontières de l’Europe. Pinar Selek, écrivaine et sociologue d’origine turque, évoquait le sort difficile des femmes en exil et l’espoir de pouvoir créer une nouvelle culture issue de différentes luttes pour la vie.

Dick Marty, ancien procureur du canton du Tessin (CH) et ancien membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, s’insurgeait contre l’indifférence grandissante envers les milliers de morts en Méditerranée et relevait les deux poids et mesures de la justice concernant la condamnation des personnes solidaires avec les réfugiés et l’absence de poursuites en justice des banquiers responsables de la crise financière de 2008.

Don Giusto della Valle, prêtre de réfugiés à Côme en Italie et lauréat du prix 2017, a témoigné de la fermeture des camps d’accueil de réfugiés en Italie, qui produit un nombre grandissant de sans papiers et les pousse à l’exode vers des pays voisins.

Après la remise d’un certificat grand format du prix « Alpes ouvertes » et de 600 lettres de soutien aux 7 de Briançon de la Suisse et de la France les participants sont descendus en voiture en direction de Briançon. Pas loin de la ville ils se sont arrêtés au bord de la route pour installer une plaque commémorative et déposer une gerbe de fleurs à la mémoire d’un jeune togolais, mort par hypothermie en février 2019.

Mémorandum

Le prix suisse des droits humains “Alpes ouvertes” 2019 est remis aux “7 de Briançon” en signe de reconnaissance et de remerciement pour leur engagement courageux dans le sauvetage de réfugié·es en montagne et dans la dénonciation des actes racistes et xénophobes. Nous avons décidé de décerner ce prix aux citoyens suisses Théo Buckmaster, Bastien Stauffer et à la citoyenne italienne Eleonora Laterza, dénommé·es les “trois de Briançon”, et à quatre habitant·es des Alpes françaises – Mathieu Burellier, Benoît Ducos, Jean-Luc Jalmain et Lisa Malapert – dénommé·es les “quatre de Briançon”. Nous souhaitons ainsi épauler ces personnes engagées, tout en interpellant l’opinion publique sur le sort intenable des réfugié·es qui traversent les Alpes franco-italiennes.  Historiquement, les Alpes ont souvent été un lieu de refuge pour les persécuté·es et les résistant·es. Aujourd’hui elles sont le dernier verrou de l’Europe Forteresse, de Vintimille (Italie) au Montgenèvre (France), au col du Brenner (Autriche), en passant par Chiasso (Suisse). Ouvrons les Alpes pour un accueil humain!

Delémont, mars 2019
Claude Braun, Hannes Reiser et Michael Rössler
Pour l’Association “Cercle d’Amis Cornelius Koch” et le Forum Civique Européen

L’histoire du Prix Alpes ouvertes

Le prix suisse des droits humains “Alpes ouvertes”, instauré par Cornelius Koch, l’abbé suisse des réfugié·es (1940-2001)*, est décerné à des personnes et à des groupes engagés activement pour les droits des réfugié·es, des migrant·es, des personnes socialement défavorisées et des minorités menacées en Europe. Le prix se monte à 12.000 CHF. Les précédent·es lauréat·es: Don Renzo Beretta, Ponte Chiasso (I), en 1997; le syndicat ACLI, Côme (I), en 1998; Edition Drava, Klagenfurt (A), et “Mujeres Progresistas”, El Ejido (Espagne), en 2000, en présence de Monseigneur Jacques Gaillot (F); Comité d’aide médicale en Transcarpatie (CAMZ), Oujgorod, Ukraine, 2012, en présence de Dick Marty (CH); l’Association “Firdaus” de Lisa Bosia Mirra (CH) et le “Progetto Accoglienza Rebbio” de Don Giusto della Valle, Côme (I), en 2017, en présence de Monseigneur Jacques Gaillot (F).

* Claude Braun & Michael Rössler : Un chrétien subversif – Cornelius Koch, l’abbé des réfugiés, Editions d’en bas, Lausanne, 2013.

,