top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Migreurop | UE-Turquie: le cynisme en partage

En ligne depuis le 20 mars 2020 - modifié le 19 mars 2020

Plus que jamais, le 18 mars 2020, à l’heure où une pandémie se répand, s’en prenant aux populations les plus démunies et les moins protégées, dont les personnes exilées dans les hotspots, aux frontières, ou encore enfermées dans des centres de rétention européens, nous exprimons avec force notre rejet total de cette politique cynique qui n’est rien d’autre qu’une guerre aux migrant.e.s.

Ce communiqué de presse a été diffusé par Migreurop le 18 mars 2020. Pour obtenir le PDF cliquez ici.

 

UE–Turquie : le cynisme en partage

Plus que jamais, ce 18 mars 2020, à l’heure où une pandémie se répand, s’en prenant aux populations les plus démunies et les moins protégées, dont les personnes exilées dans les hotspots, aux frontières, ou encore enfermées dans des centres de rétention européens, nous exprimons avec force notre rejet total de cette politique cynique qui n’est rien d’autre qu’une guerre aux migrant.e.s.

Il y a quatre ans, le 18 mars 2016, était rendue publique la Déclaration « UE/Turquie » par laquelle l’Union européenne (UE) et la Turquie s’engageaient dans un « troc indigne ». En échange d’une hypothétique relocalisation dans les pays européens des réfugié.e.s syrien.ne.s présent.e.s sur le sol turc, la Turquie devait « accueillir » les personnes ayant été renvoyé.e.s des hotspots grecs après une demande d’asile estimée infondée ou pour lesquelles la Turquie a été considérée pays tiers sûr. Elle devait également éviter que les exilé.e.s dans son territoire ne se rendent vers l’UE.

A cette date, personne, parmi les autorités de l’UE ou des gouvernements des États membres n’était dupe. Elles connaissaient parfaitement le cynisme de leur interlocuteur turc. Cynisme par ailleurs bien partagé. Les deux parties tiraient leur épingle du jeu, tout en faisant des personnes exilées l’instrument de leur négociation.

Quatre ans après, cet arrangement a révélé toutes ses défaillances : les hotspots n’ont jamais cessé d’être engorgés, laissant des milliers de personnes vivre dans des conditions dégradantes et inhumaines. Alors que la guerre en Syrie fait rage et déplace à nouveau des centaines de milliers de personnes, le président turc a mis à exécution la menace brandie à plusieurs reprises. Il annonce fin février 2020 cesser d’être le « gendarme » d’une partie des frontières extérieures de l’UE. La réponse de la Grèce, des États membres et de l’UE ne s’est pas fait attendre : soi-disant indignés, ils n’ont pas hésité à mettre en œuvre, au nom de la protection des frontières européennes, des mesures illégales et brutales en violation des droits des exilé.e.s. Début mars, la Grèce suspend l’enregistrement des demandes d’asile pour mieux refouler les personnes qui tenteraient d’entrer par la Turquie [1] ; quelques jours plus tard, plus de quatre cents exilé.e.s arrivé.e.s par la mer sont séquestré.e.s à bord d’un navire militaire amarré au port de Mytilène, sur l’île grecque de Lesbos [2], sans qu’aucune décision ne leur ait été notifiée ; la Grèce doit par ailleurs démentir dans le même temps l’existence de centres secrets – ou « extrajudiciaires » – de détention pré-expulsion à sa frontière avec la Turquie [3]. Comble du cynisme : l’Organisation internationale des migrations (OIM), encouragée et financée par l’UE, s’est déplacée pour proposer aux exilé.e.s présent.e.s à la frontière gréco-turque une aide au retour dit « volontaire ».

Le consensus qui peut souvent faire défaut au sein de l’UE dans l’élaboration d’une politique commune d’immigration et d’asile, semble avoir été trouvé : la fermeture de la frontière gréco-turque et la protection des frontières de l’UE à tout prix. Il n’en fallait pas plus pour conforter les appels à la haine, au racisme et à la xénophobie des milices locales [4]. Parce que l’UE, si prévisible, ne trouve de réponse aux migrations que par l’externalisation du contrôle de ses frontières, le régime autoritaire d’Erdogan s’en trouve renforcé [5]. Les calculs de la Turquie ont payé.


En relation avec cet article

, , , ,