top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Fact sheet | Réfugié.es en Grèce: état des lieux

En ligne depuis le 19 novembre 2020

A l’occasion de la soirée en ligne du 19 novembre “Réfugié.es en Grèce. 2 regards, 1000 paroles rapportées“, Vivre Ensemble vous propose un résumé des derniers chiffres disponibles concernant la situations dans les camps de réfugié.es en Grèce. Elisa Turtschi, membre du comité, a rassemblé différentes sources pour donner un premier aperçu du nombre de personnes réfugiées en Grèce et sur les îles, en spécifiant également le pourcentage de mineurs non accompagnés. Elle donne également un aperçu des conséquences du récent incendie dans le camp de Moria à Lesbos et de promesses de relocalisation dans les différents pays européens. Pour connaître la vie quotidienne derrière ces chiffres, suivez la conversation de ce soir sur notre page facebook.

Ce Fact Sheet a été rédigé par Elisa Turtschi, membre du comité de Vivre Ensemble, le 17 novembre 2020.

Réfugié.es en Grèce : État des lieux

Nombre actuel de personnes

Selon le UNHCR, 950 personnes sont arrivées en Grèce durant le mois de septembre 2020 élevant le nombre total de nouvelles arrivées en Grèce à 13,000 personnes sur toute l’année 2020.

Le UNHCR estimait qu’il y avait, en septembre 2020, 121’100 réfugié.es et requérant.es d’asile en Grèce (98,200 sur le continent et 22,900 sur les îles)[1].

 

Situation sur les îles

Mary Wenker www.chosehumanity.ch

Toujours selon le HCR, on recensait, en date du 8 novembre 2020, 19’600 réfugié.es et requérant.es d’asile sur les îles de la mer Egée, dont 21 % sont des femmes et 28% des enfants. Parmi ces derniers, presque 7 sur 10 ont moins de 12 ans et 6% sont seuls (MNA).

59 personnes seraient arrivées dans les îles grecques durant la première semaine de novembre. C’est plus que la semaine précédente (17 personnes) mais nettement moins que l’année dernière à la même période (986 personnes). Sur ces 59 personnes, 35 sont arrivées à Lesbos et 24 à Samos.

Le HCR rappelle qu’en dépit de la baisse du nombre des arrivées, la situation dans les îles grecques reste catastrophique avec, à la fin septembre, environ 21’400 personnes vivant dans des espaces ayant une capacité d’accueil de 6’200 places.[2]

Le camp de Vathy, sur l’île de Samos, est l’un des plus surpeuplé : d’une capacité de 650 places, il compte aujourd’hui plus de 6’000 personnes. Dans la nuit du 1er novembre, ce camp a été partiellement détruit par un incendie qui a laissé environ 150 personnes sans-abris.

 

Situation des mineur.es non-accompagné.es 

Le National Center for Social Solidarity (EKKA) recensait, en septembre 2020, 4’222 mineur.es non-accompagné.es en Grèce. 92,8% (3’918) sont des garçons et 7,2% (304) des filles. 8,8% (372) ont moins de 14 ans.

Parmi ces 4’222 mineur.es non-accompagné.es, 1’019 vivent actuellement dans des conditions insécures : logeant de manière temporaire dans des appartements avec d’autres personnes, notamment des adultes, dans des squats, ou vivant à la rue.

Sur ces 4’222 enfants, un grand nombre est originaire d’Afghanistan (39%), du Pakistan (23%) et de la Syrie (11%).

 

Suites de l’incendie de Moria (Lesbos), 09.09.2020 

Selon le HCR, l’incendie de Moria a laissé 12’000 personnes sans abri, dont 4’200 enfants. À l’heure actuelle, 7’300 personnes vivent dans le nouveau camp d’urgence. Depuis l’incendie, environ 2’800 personnes auraient été transférées vers le continent (estimations au 3 novembre 2020).

Les conditions du nouveau camp ont été critiquées par Oxfam et le Greek Council for Refugees, qui estiment que les conditions y sont pires que dans le précédent camp de Moria. Ces ONG ont notamment dénoncé le manque d’eau courante et de services de soins, l’absence d’accès à de l’aide juridique, l’insuffisance et la mauvaise qualité de la nourriture, l’absence de système d’évacuation des eaux usées ou encore le fait que près de 8’000 personnes, principalement des familles avec enfants, vivent dans des tentes inadéquates pour l’hiver. Elles ont également souligné que le camp a déjà fait face à des inondations en raison des pluies d’octobre.[3]

 

Relocalisations en Europe 

Suite à l’incendie du camp de Moria de septembre 2020, 10 pays de l’UE (Portugal, Belgique, France, Allemagne, Luxemburg, Pays-Bas, Slovénie, Croatie, Bulgarie, Finlande) ainsi que la Norvège et la Suisse ont annoncé leur intention d’accueillir un total de 400 mineurs du camp de Moria.

L’Allemagne a également annoncé vouloir accueillir 1’553 personnes supplémentaires, soit 400 familles ayant obtenu le statut de réfugiées en Grèce. À la fin octobre, 3 vols de relocalisation avaient eu lieu suite à l’incendie de Moria, par lesquels 271 de ces 1’553 personnes ont été transférées en Allemagne.[4]

La France a annoncé être prête à accueillir 1000 personnes dont 500 mineur.es. L’Italie a annoncé qu’elle allait accueillir, pour sa part, 300 personnes et l’Irlande 50.[5]

Dans un communiqué du 5 novembre 2020, le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) a affirmé que suite à l’incendie de Moria, la Suisse envisage d’accueillir 20 enfants mais aucune date de transfert n’a été mentionnée à ce jour. Le SEM a également rappelé que la Suisse a accueilli, jusqu’à présent, 53 mineur.es non-accompagné.es en provenance de Grèce, tous.tes ayant des liens familiaux en Suisse (ce qui relève de l’application du règlement Dublin III).

Depuis le début de l’année 2020, 1’362 réfugiés et requérant.es d’asile, dont 321 mineurs non-accompagnés, ont été relocalisés depuis la Grèce vers d’autres pays européens.[6] Sur ces 1’362 personnes, un millier d’entre elles a été accueilli par l’Allemagne.[7]


[1] UNHCR, “FACT SHEET  Greece / 1-30 September 2020”, publié le 9 novembre 2020, en ligne. Consulté le 15.11.2020. URL : https://data2.unhcr.org/en/documents/details/82833

[2] UNHCR, “Greece Update #9”, Lesvos, 6 novembre 2020, consulté le ee15.11.2020. URL:  https://asile.ch/wp-content/uploads/2020/11/UNHCR-Greece-Lesvos-update-6-November-2020.pdf

[3] Aljazeera, “Moria 2.0 : Groups slam conditions at replacement refugee camp”, 21 Oct 2020, consulté le 15.11.2020. URL : https://www.aljazeera.com/news/2020/10/21/moria-2-0-groups-slam-conditions-at-replacement-refugee-camp

[4] InfoMigrants, “More migrants relocated from Greece to Germany”, publié le 2020/10/30, consulté le 16.11.2020. URL : https://www.infomigrants.net/en/post/28234/more-migrants-relocated-from-greece-to-germany

[5] The Irish Time, « Ireland to accept 50 more refugees from Greece following Moria fire », par Sorcha Pollak, publié le 1er octobre 2020, consulté le 16.11.2020. URL : https://www.irishtimes.com/news/social-affairs/ireland-to-accept-50-more-refugees-from-greece-following-moria-fire-1.4369779

[6] Chiffres du 22 octobre 2020. Source : Agenzia Nazionale Stampa Associata (ANSA), « Over 1,000 migrants relocated from Greece in 2020 », publié le 2 octobre 2020, consulté le 16.11.2020. URL : https://www.infomigrants.net/en/post/27697/over-1-000-migrants-relocated-from-greece-in-2020.

[7] InfoMigrants, « More migrants relocated from Greece to Germany » publié le 30.10.2020, consulté le 16.11.2020. URL : https://www.infomigrants.net/en/post/28234/more-migrants-relocated-from-greece-to-germany


En relation avec cet article

, , ,