top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Appel | Non aux renvois forcés vers l’Ethiopie!

En ligne depuis le 25 janvier 2021 - modifié le 26 janvier 2021

A l’initiative de l’appel lancé le 22 janvier 2021 par Migrant Solidarity Network,  plusieurs organisations suisses exigent que les autorités suisses compétentes suspendent le vol spécial vers l’Éthiopie prévu le 27 janvier 2021 et mettent un terme aux renvois forcés des personnes déboutées qui en sont originaires. Cet appel relayé par le collectif Droit de rester fait suite à la récente arrestation dans le canton de Vaud de S.A. en vue de son expulsion vers l’Ethiopie. Elles appellent également les citoyen·nes à interpeller les autorités à travers l’envoi d’un courrier.

Nous publions ci-dessous le communiqué de presse de Droit de rester pour tou.te.s du 23 janvier 2021,  revenant notamment sur la situation politique en Éthiopie.

A lire également le communiqué de Solidarité Tattes, qui fait état d’un homme en grève de la faim et également menacé de renvoi.

Et le communiqué de l’OSAR suite à l’accord entre la Suisse et l’Ethiopie:  OSAR | Éthiopie: est-il vraiment urgent de renvoyer les requérant d’asile déboutés?

Appel de Migrant Solidarity Network: non aux déportations vers l’Ethiopie!

Nous demandons à Karine Keller Suter, Cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) et Mario Gattiker, Secrétaire d’Etat aux migration (SEM), ainsi qu’aux autorités compétentes la suspension du vol spécial vers l’Ethiopie prévu le 27.01.2021 et l’annulation du renvoi forcé des requérant.e.s d’asile éthiopien.ne.s résidant en Suisse.

NON aux déportations vers l’Éthiopie ! Non au vol spécial du 27 janvier !

Lundi S.A. a été arrêté et placé en détention à la prison de Frambois en vue d’une expulsion vers l’Éthiopie alors qu’il se rendait au Service de la population vaudoise (SPOP) pour renouveler son papier d’aide d’urgence. En période de COVID, de telles interventions se font loin des regards et loin du bruit ! Dans le contexte de cette arrestation, on apprend que le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) organise une expulsion collective par vol spécial [1] de Suisse vers l’Éthiopie le 27 janvier 2021, et ceci malgré la guerre, la crise et la pandémie qui frappent ce pays.

En Éthiopie, la situation ne fait qu’empirer !

Alors même que la situation politique se détériore en Éthiopie, nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour dénoncer cette pratique et demander « un arrêt immédiat des renvois forcés en Éthiopie »[2] , dont l’OSAR – Organisation Suisse d’Aide aux Réfugiés –, la Confédération en profite pour y organiser un vol spécial. De manière plus cynique, pourrait-on dire, qu’elle en profite justement avant que des mesures diplomatiques ne soient prises qui l’en empêcherait ?

Selon des haut-e-s-responsables de l’ONU et de l’UE, il existe des « rapports concordants à propos de violences ciblant certains groupes ethniques, d’assassinats, de pillages massifs, de viols, de retours forcés de réfugiés et de possibles crimes de guerre »[3] (Josep Borrell, Haut représentant de l’Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, 15/01/2021).

En avril 2018 déjà, on apprenait que le gouvernement suisse avait signé un accord secret de réadmission avec l’Ethiopie prévoyant la transmission aux services secrets éthiopiens des données personnelles des personnes renvoyées de force [4] les jetant droit dans la gueule du loup. Cet accord avait déjà été dénoncé à l’époque par Amnesty International et Human Rights Watch. Mais le gouvernement persiste et signe!

Pourtant, depuis l’entrée en fonction du premier ministre Abiy Ahmed en 2018, et la mise en œuvre de nombreuses réformes, les tensions entre son gouvernement et le Front de libération du peuple du Tigré (Tigray People’s Liberation Front TPLF), le parti au pouvoir dans la région du Tigré n’ont cessé d’augmenter. En septembre 2020, le gouvernement central a pris la décision d’annuler les élections régionales en raison du COVID 19, mais celles-ci ont eu lieu malgré tout dans la région du Tigré. Le conflit s’est alors amplifié entraînant des centaines de morts et blessés – suite aux attaques aériennes lancées par l’armée éthiopienne – et, selon Amnesty International, des massacres de civils [5].

Lors d’un reportage audio de la RTS [6], les experts interrogés compare cette guerre ethnique actuelle avec le génocide d’ex-Yougoslavie, expliquant que celui-ci sera long et violent, les soldats étant entraînés au combat. Les réseaux internet sont coupés rendant l’accès aux informations impossible dans certaines régions du pays, tout comme l’accès de l’aide humanitaire.

S.A. n’a pas pu accepter de retourner volontairement en Éthiopie

Les autorités vaudoises et fédérales sont aveugles aux vies humaines touchées par l’exécution mécanique d’ordres et envoient sans sourciller des personnes au cœur d’une guerre civile naissante. Ces expulsions vers l’Éthiopie mettent délibérément en danger l’intégrité des personnes concernées, elles doivent être impérativement empêchées !

Cela fait plus de 7 ans que S.A. vit dans le canton de Vaud. Jusqu’à ce jour il partageait une chambre dans un foyer d’aide d’urgence avec sa sœur – et son enfant – elle aussi en Suisse depuis près de dix ans. Malgré ces difficultés, c’est ici qu’S.A. tisse des liens et exerces ces activités depuis de nombreuses années. Or, selon les informations qui nous sont parvenues, S.A. se trouve actuellement dans un état critique. Déjà traumatisé, affaibli psychiquement et affecté physiquement, la violence de son arrestation et l’absurdité de cette décision d’expulsion ne font qu’aggraver sa situation, le confrontant encore une fois aux décisions « administratives » aberrantes des autorités vaudoises et fédérales et à leurs conséquences bien réelles et destructrices. Quand cet acharnement de l’État et ces procédures d’expulsion meurtrières s’arrêteront-t-elles ? Nous ne cesserons de dénoncer cet entêtement absurde, irresponsable et inhumain des autorités et exigeons la libération immédiate de S.A. et de tous ses compatriotes de Frambois et d’ailleurs ! Nous ne cesserons d’exiger l’arrêt total des expulsions et un droit de rester pour toutes et tous.

A lire également l’Appel de Migrant Solidarity Network : Le vol spécial prévu pour l’Éthiopie ne doit pas décoller : https://migrant-solidarity-network.ch/2021/01/22/aufruf-dergeplante-sonderflug-nach-aethiopien-darf-nicht-abheben/  [7]

 


Notes de bas de page :

[1] Par vol spécial on entend des déportations forcées, sous la contrainte, lors desquelles les personnes concernées se font ligoter de la tête (casque) aux pieds et aux mains. Elles restent entravées ainsi durant un long vol, encadrées par une dizaine de policier par personne, avant d’être remises par les autorités suisses et européennes aux autorités policières/migratoires du pays vers lequel l’expulsion est opérée.
[2] https://www.osar.ch/publications/news-et-recits/lethiopie-au-bord-de-la-guerre-civile
[3] https://www.mediapart.fr/journal/international/210121/en-ethiopie-la-france-partagee-entre-business-etdefense-des-droits-humains
 https://eeas.europa.eu/headquarters/headquarters-homepage/91459/we-need-humanitarian-access-tigray-urgentfirst-step-towards-peace-ethiopia_en
https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/13/ethiopie-l-onu-craint-de-possibles-crimes-de-guerre-apres-lemassacre-de-civils-dans-la-region-du-tigre_6059611_3212.html
[4] https://www.lematin.ch/story/asile-l-etrange-accord-de-la-suisse-avec-lethiopie-767317721551
[5] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2020/11/ethiopia-over-50-ethnic-amhara-killed-in-attack-on-villageby-armed-group/
[6] https://www.rts.ch/info/monde/11744384-comment-lethiopie-sombre-dans-la-guerre-un-an-apres-le-nobel-dela-paix.html
[7] Afin de contacter l’Appel de Migrant Solidarity Network, vous pouvez leur adresser un mail à l’adresse suivante : info@migrant-solidarity-network.ch


Les organisations invitent à interpeler directement Mme Karin Keller-Sutter, conseillère fédérale en charge du DFJP, et M. Mario Gattiker, directeur du SEM, pour leur demander de suspendre immédiatement ce renvoi et de libérer les personnes actuellement détenues

Vous pouvez au besoin utiliser le modèle de lettre disponible ici et l’envoyer par email ou courrier postal aux adresses suivantes:

Emails :
mario.gattiker@sem.admin.ch
karin.keller-sutter@gs-ejpd.admin.ch

Adresses postales :

À l’attention de M. Mario Gattiker
Secrétariat d’Etat aux migrations
Quellenweg 6
3003 Bern

Karin Keller-Sutter
Conseillère fédérale
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne


En relation avec cet article

, , ,