top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Migreurop | Data : la face cachée du contrôle des mobilités

En ligne depuis le 4 février 2021

Migreurop – l’Observatoire des frontières – publie un éclairage sur l’utilisation de l’intelligence artificielle, comme moyen de contrôle des flux migratoires, par les acteurs publics, les institutions européennes ou encore les organisations internationales. Reconnaissance faciale et Matrice de suivi de déplacements (DTM) font partie de ces  «nouvelles technologies au service de vieilles obsessions». 

Nous publions ci-dessous l’édito de cet éclairage qui a été mis en ligne sur le site migreurop.org le 20 janvier 2021 et que vous pouvez retrouver ici

Retrouvez cet éclairage intitulé “Data et nouvelles technologies, la face cachée du contrôle des mobilités” dans les notes de Migreurop N°12  (décembre 2020) ici  ainsi que la bibliographie rattachée à ce dernier  

Data et nouvelles technologies, la face cachée du contrôle des mobilités

Note Migreurop #12 – décembre 2020

[Extrait mis en ligne le 20 janvier 2020]

Dans un rapport de juillet 2020, l’Agence européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle (EU-Lisa) présente l’intelligence artificielle (IA) comme l’une des « technologies prioritaires » à développer. Le rapport souligne les avantages de l’IA en matière migratoire et aux frontières, grâce, entre autres, à la technologie de reconnaissance faciale.

L’intelligence artificielle est de plus en plus privilégiée par les acteurs publics, les institutions de l’UE et les acteurs privés, mais aussi par le HCR et l’OIM. Les agences de l’UE, comme Frontex ou EU-Lisa, ont été particulièrement actives dans l’expérimentation des nouvelles technologies, brouillant parfois la distinction entre essais et mise en oeuvre. En plus des outils traditionnels de surveillance, une panoplie de technologies est désormais déployée aux frontières de l’Europe et au-delà, qu’il s’agisse de l’ajout de nouvelles bases de données, de technologies financières innovantes, ou plus simplement de la récupération par les GAFAM des données laissées volontairement ou pas par les migrant·e·s et réfugié∙e∙s durant le parcours migratoire.

La pandémie Covid-19 est arrivée à point nommé pour dynamiser les orientations déjà prises, en permettant de tester ou de généraliser des technologies utilisées pour le contrôle des mobilités sans que l’ensemble des droits des exilé·e·s ne soit pris en considération. L’OIM, par exemple, a mis à disposition des Etats sa Matrice de suivi des déplacements (DTM) durant cette période afin de contrôler les « flux migratoires ». De nouvelles technologies au service de vieilles obsessions…

[Extrait – Edito]

 

Contributeurs.rices : Claudia Aradau (King’s College, London), Emmanuel Blanchard (GISTI), Filippo Furri (chercheur, Migreurop), Martina Tazzioli (Goldsmiths, University of London), Claire Rodier (GISTI, Migreurop).
Carte : Nicolas Lambert (RIATE, CNRS)
Photographie : Francesco Bellina


En relation avec cet article

, , ,