top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Migreurop | Mort·e·s aux portes de l’Europe : commémorer pour ne pas oublier

En ligne depuis le 15 février 2021 - modifié le 16 février 2021

Commémorer les disparu·e·s aux portes de l’Europe est essentiel. AlarmPhone organise diverses manifestations à travers le continent afin de ne pas oublier les faits de violence commis envers celles et ceux qui désirent entrer sur le continent. Migreurop, qui soutient l’initiative, dénonce, également, une stratégie du « laisser-mourir » mise en œuvre par l’Union Européenne.

Nous publions ci-dessous le communiqué de Migreurop du 5 février dernier.

Commémorations du 6 février 2014 et 9 février 2020

Le 6 février 2014, au moins 14 personnes ont trouvé la mort, à quelques dizaines de mètres de la plage du Tarajal, sous les tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène de la Guardia civil espagnole qui tentait de les empêcher de rejoindre l’enclave de Ceuta.

Le 9 février 2020, un bateau avec 91 personnes à bord, a fait naufrage au large de la Libye, malgré l’alerte lancée dans la nuit par WatchTheMed AlarmPhone, ignorée par les soi-disant garde-côtes libyens, et sans qu’aucun secours n’ait été porté à cette embarcation en détresse dont les passagers et passagères ont disparu en mer sans laisser traces.

Nous commémorerons ces disparitions, ainsi que toutes celles dont nous n’avons pas connaissance, les 6 et 9 février prochains, pour ne pas oublier ces damné∙e∙s de la mer, et pour dénoncer une fois encore la responsabilité de l’Union européenne (UE), de ses États-membres et de ses partenaires dans cette politique délibérée aux conséquences macabres.

Si la pandémie de coronavirus et les mesures sanitaires et sécuritaires liées ont mis en lumière les conséquences des entraves aux libertés individuelles et au droit à la mobilité pour une partie du monde, elles ne doivent pas occulter les drames qui se déroulent aux frontières de l’Europe, au-delà de leur médiatisation ponctuelle.

Emblématiques des violences qui s’y jouent chaque jour, ces drames ne sont en aucune façon le fruit de la fatalité mais bien d’une politique délibérée de l’UE visant à empêcher, coûte que coûte, les personnes migrantes non européennes d’arriver sur son territoire. À travers ses stratégies d’illégalisation, de dissuasion, d’abandon, et d’externalisation, l’UE rend les routes migratoires de plus en plus périlleuses.

Que ce soit aux frontières maritimes de la Méditerranée ou de l’Atlantique ou encore sur la route des Balkans, nous dénonçons la multiplication et la banalisation des pratiques violentes de refoulement ainsi que la criminalisation des solidarités civiles.

Selon l’organisation internationales des migrations (OIM), depuis 2014, plus de 20 000 personnes ont disparu ou perdu la vie sur les routes migratoires, dont la moitié en Méditerranée. Depuis les années 90, ce nombre s’élève à plus de 50 000 personnes [1] .

Ces derniers mois, l’agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières (Frontex) est accusée d’avoir eu connaissance ou de s’être rendue complice de refoulements illégaux de personnes exilées en mer Égée et en Hongrie. Pour la première fois depuis sa création, des enquêtes officielles ont enfin été ouvertes après des années de dénonciation de la part des défenseurs∙ses des droits humains. Le comité des droits de l’Homme des Nations unies vient de confirmer pour sa part la responsabilité du gouvernement italien dans le naufrage du 11 octobre 2013, ayant causé la mort d’au moins 268 personnes, dont 60 enfants, pour avoir retardé les secours. Après une enquête menée par le journaliste italien Fabrizio Gatti, un procès contre les responsables des salles d’opérations de la marine militaire et des garde-côtes italiens s’est ouvert en 2019 en Italie.

La stratégie du laissez-mourir mise en œuvre par l’UE, ses États membres et les États partenaires pour dissuader et contenir la mobilité des personnes ayant quitté des territoires ravagés par des conflits ou des crises socio-économiques, n’est plus à démontrer : il faut en finir avec l’impunité.

Commémorations soutenues par Migreurop :

Présentation de la Marche pour la Dignité à Tarajal – 5 et 6 février (vidéo ES).
Pour suivre les manifestations en ligne sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter.
Cette carte répertorie tous les lieux qui témoignent de leur solidarité et de leur soutien : www.bit.ly/mapatarajal2021

À l’initiative d’AlarmPhone, des mobilisations se dérouleront le 9 février dans de nombreuses villes européennes. À Paris, la mobilisation se tiendra de 16h à 17h30 près du Canal de l’Ourcq où 91 petits bateaux en papier seront jetés à l’eau afin de symboliser les victimes des drames en mer, et en particulier les 91 personnes disparues le 9 février 2020.

[1] https://missingmigrants.iom.int/


En relation avec cet article

, , , , , , ,