top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Desexil | Un inventaire de l’hospitalité politique

En ligne depuis le 10 mai 2021

L’hospitalité politique réinventée. Nous avons construit. Nous construisons une Autre Europe

Faire œuvre de mémoire et fournir des outils à celles et ceux qui travaillent ou militent pour une autre politique d’accueil, une autre société. 50 ans de résistance et hospitalité politique réunis à travers des textes, matériaux et inventaires. Le projet praxis-mémoire-archives  est désormais en ligne. Fruit notamment du projet politique et philosophique Exil Desexil, fait de rencontres entre militants, artistes, acteurs du terrain, philosophes et spécialistes de diverses disciplines, ce nouveau site revient sur un demi-siècle de mise en commun créative d’une autre Europe. Conçu comme une base de données, il se veut aussi un legs aux jeunes générations.

Ci-dessous, un communiqué présentant le projet et le sommaire du contenu de desexil.com. A découvrir également une Déclaration publique 2021, qui sera disponible dans plusieurs langues.

Sur la démarche, retrouvez la présentation complète rédigée par Marie-Claire Caloz-Tchopp dans Le Courrier du 20 décembre 2020

RESISTANCE ET HOSPITALITE POLITIQUE
50 ans. Aujourd’hui…(1968-2021)

Le projet PRAXIS, MEMOIRE, ARCHIVES (base de données, 1.000 matériaux, textes, Déclaration publique 2021), publié en ligne le 9 et 10 mai 2021 (desexil@gmail.ch). C’est le résultat d’un travail mémorial de résistance.

Ce qui était le refus d’une Europe néo-libérale, capitaliste, guerrière est devenu la création d’une Europe alternative en cours.

Ce qui était de l’ambiguïté structurelle est devenu, par l’analyse critique, le repérage de mensonges politiques visant la passivité et la compromission.

Ce qui était de la violence, violence d’Etat est devenu de la torture et dans certains cas des crimes pénaux internationaux.

Ce qui était l’attaque de la Résistance par le délit dit de « solidarité » est devenu un autre délit commis par un autre criminel : le délit de refus de l’hospitalité par la violence d’Etat.

Ce qui était un savoir autonome, fragile, devient le tissage du « droit d’avoir des droits » (Hannah Arendt), de liens entre des luttes, actions de Résistance de la « société civile » qui s’étend aux professions, aux universités, à de nouveaux liens multiples, etc..

Il est possible d’imaginer, de vivre, d’expérimenter le desexil de l’exil et l’hospitalité politique en refusant l’apartheid, des mensonges politique de la force, une civilisation de pillage, de destruction.  Des praxis de Résistance nous l’apprennent.

Il est possible de voir,  d’imaginer le monde autrement que comme nous le subissons.

Il est possible de transformer la colère en création politique, (Graziella de Coulon).

Il est possible de vivre, d’expérimenter ce que le philosophe grec Cornelius Castoriadis, a décrit comme la puissance, le « vertige démocratique » (demos-cratos, la puissance au « peuple »).

Marie-Claire Caloz-Tschopp, Genève

Site : desexil.com ; adresse: revue.desexil@gmail.ch


 SOMMAIRE GENERAL (extrait)

d’une base de données d’environ 1.000 matériaux

 

PARTIE I : Introduction générale. Violence capitaliste. Résistance de rupture.

 

PARTIE II : Un panorama entre 1968 et 2020. Expériences. Rencontres. Héritages.

JE ET NOUS. Imaginer, pratiquer l’inimitié. L’invention d’une méthode active, critique, transversale de résistance. Assumer le conflit. Transformer la colère en politique.

 

PARTIE III : Deux Europes antagonistes (Schengen. Résistance). Politique ou Police ? Questions de méthode, de recherche (depuis la Suisse, l’UE, le Chili, l’Amérique latine, la Turquie). Résistance. Ambiguïtés. Mensonges politiques (Schengen, Dublin, Frontex, Apartheid, Pacte migratoire et cas emblématiques). Histoire et Actualité. Après le 20esiècle. Après les dictatures coloniales, en Amérique latine. Expansion des politiques de torture et de disparitions dans les politiques migratoires, du travail, etc. Comment penser aux extrêmes ?

 

PARTIE IV : Praxis, expérimentations. Agir, parler, penser. Prendre le risque de s’engager, de parler, d’écrire (50 textes). Elaboration politique et philosophique, Marie-Claire Caloz-Tschopp (12 textes). 3 expériences d’Espaces d’Universités libres et autonomes: (1) colloque sur la Colère, Université de Lausanne ; (2) des enjeux au Collège international de philosophie (CIPh) Paris ;  (3) colloque sur le Desexil de l’exil. L’émancipation en masse, Université de Genève et programme desexil du CIPh.

 

PARTIE V : L’Hospitalité, un rapport politique ? Deux postulats pour la Résistance. (1) L’Habeas corpus et l’hospitalité politique, généralisables au XXIe siècle. (2) Pas d’Hospitalité politique sans Résistance. Cinq propositions sur l’hospitalité politique de Jacques Derrida, Monique Chemillier-Gendreau, d’Etienne Balibar, Marie-Claire Caloz-Tschopp et autres personnes, en résistant, pour vivre dans les praxis, le « vertige démocratique ». Des interrogations ouvertes.


En relation avec cet article

, , , ,