top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Humeur | Stigmatiser les réfugié·es, même pour parler de la loi sur le CO2….

En ligne depuis le 4 juin 2021

À court d’argument sur la loi sur le CO2, l’UDC ?

Dans son clip de campagne pour le 13 juin, l’UDC suisse joue les oracles en prédisant que dans la Suisse du futur, les réfugié·es érythréen·es profiteraient de l’argent de l’aide sociale pour retourner régulièrement en vacances en Erythrée, augmentant les émissions de CO2…

Quant aux bons et pauvres Suisses, ils seraient contraint·es malgré leur dur labeur de passer leurs congés à la maison, à causes d’impôts exorbitants. Ah, et argument massue : à cause des énergies alternatives, on ne pourra même plus recharger son portable et se chauffer.

Bref, une caricature qui laisse croire que l’UDC se préoccupe des petites gens et surtout des jeunes : outre les votes et positions antisociales et ultralibérales du parti, on leur rappellera, entre autres, que sa vice-présidente, Magdalena Martullo-Blocher, fille du bien-nommé Christoph, figure au top 10 des Suisses les plus fortunés et des 500 plus riches milliardaires du monde. Et qu’Albert Rösti, ex-dirigeant du parti, est président de Swissoil, l’association nationale des négociants en combustibles.

La plus pure défense de leurs intérêts, donc. Pour faire passer la pilule, rien de plus commode que d’agiter les vieilles rengaines : la haine de l’étranger, ça paie toujours…

Sophie Malka
Vivre Ensemble | asile.ch

 


Nous publions ci-dessous le communiqué de Gezana et Asepe, deux associations au coeur de l’intégration des personnes érythréennes qui ont réagi à la campagne diffamante de l’UDC en rappelant quelques éléments-clés. 

Discrimination des migrant-e-s : Gezana et l’ASEPE dénonce la vidéo  de campagne de l’UDC sur la loi CO2

L’association vaudoise érythréenne Gezana et l’Association Suisse érythréenne  pour l’entraide de Genève (ASEPE) dénoncent fermement les préjugés  stigmatisants envers la communauté érythréenne de Suisse, diffusés dans une  nouvelle vidéo de campagne de l’UDC. 

Lausanne, le 2 juin 2021

Dans cette vidéo, publiée le 16 mai 2021 sur Youtube, l’UDC Suisse sous-entend que les  réfugié-e-s érythréen-ne-s vivant en Suisse sont à l’aide sociale et qu’ils se rendent en  vacances en Érythrée deux fois par année. Dans ce message de propagande aussi  discriminatoire qu’infondé, l’UDC essaie de nuire à l’image de la communauté  érythréenne. Il fait croire, à tort, sans preuves et sans informations objectives, que les  personnes reconnues comme réfugiées profiteraient de l’argent de l’aide sociale pour  retourner régulièrement en vacances en Erythrée, augmentant l’émission de CO2.

Ce genre de propos est complètement infondé et inacceptable. Ni la situation en Erythrée,  ni la loi suisse sur l’asile ne permettent de retourner dans le pays sans prendre de risques  considérables, notamment l’arrestation immédiate et arbitraire par le gouvernement  érythréen ainsi que le risque de perdre le statut de réfugié en Suisse. 

Gezana et l’ASEPE dénoncent fermement ce discours discriminant contre les personnes  issues de la migration et plus particulièrement contre la communauté érythréenne en Suisse. Instrumentaliser les réfugié-e-s en choisissant une communauté comme cible à  des fins de marketing politique est immoral, malhonnête et inacceptable.

Cette hostilité sans fondement n’aboutit qu’à des pratiques d’exclusion et ne peut que  mettre en péril les programmes d’intégration pour lesquels, nous, les associations et les  forces politiques, œuvrons ensemble pour le bien de toutes et tous.

A travers nos expériences de terrain, nous observons que beaucoup d’Erythréennes et  d’Erythréens mettent tous les efforts possibles pour bien s’intégrer en Suisse. Ils suivent  des cours de langue, décrochent des apprentissages et sont bien intégrés au niveau  professionnel et social. En outre, ils participent au bien-être de la société, ce qui bénéficie  donc également d’un point de vue financier à la Suisse. Nous sommes convaincu-e-s que  l’immigration des Erythréennes et des Erythréens est un développement économique et  social positif pour la Suisse et mettrons tout en œuvre pour rendre notre pays plus fort – ensemble ! 


Le parti des jeunes? Le conseiller fédéral UDC Ueli Maurer, lui, en sait quelque chose… 


En relation avec cet article

, ,