top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Berne | Manifestation “Les expulsions ne sont pas une solution”

8 décembre | 14 h 00 min - 18 h 00 min

Le Migrant Solidarity Network organise une manifestation à Berne contre les expulsions. Celle-ci aura lieu le samedi 8 décembre 2018 à partir de 14h, sur la Place fédérale.

Un bus est organisé au départ de Genève pour permettre aux réfugiés de participer à la manifestation, MAIS IL FAUT S’INSCRIRE au plus vite (et au plus tard mercredi 5 décembre au soir.). 

Pour cela vous pouvez contacter : info@migrant-solidarity-network.ch   

 

 

La violence pendant les expulsions est traumatisante. Ceux ou celles qui fuient ou émigrent acceptent souvent un voyage qui met leur vie en danger et qui coûte cher. Les expulsions obligent ces personnes à retourner là d’où elles voulaient ou devaient partir à tout prix. Les expulsions ne respectent pas l’intégrité physique et psychologique. Des personnes meurent régulièrement à cause des déportations. Les autorités ignorent les menaces de persécution, de pauvreté ou d’isolement social dans les pays d’origine. Ils acceptent simplement les conséquences inhumaines des expulsions.

 

  • L’expulsion est une torture ;
  • Toute personne doit pouvoir choisir librement de retourner ou pas dans un pays ;
  • L’intégrité physique et psychologique de tou·te·s doit être respectée.

Des lois spéciales ont été créées pour expulser. Ces lois ne s’appliquent pas aux Suisse·sse·s. Selon ces lois, les personnes déboutées peuvent être emprisonnées jusqu’à cinq ans et demi sans avoir jamais commis de délit. Cette soi-disant détention administrative n’est pas la seule mesure de contrainte. Les personnes déboutées peuvent également être obligés à ne pas quitter certaines zones (assignation) ou à ne pas y entrer (interdiction de périmètre). Pour ordonner ces mesures, qui privent les personnes de leur liberté, pas besoin de décisions de justice. Une décision des autorités suffit. Afin de briser la volonté des personnes sans autorisation de séjour et de les pousser à quitter elles-mêmes la Suisse, elles sont placées à l’aide d’urgence. Le mauvais hébergement et les 8 francs par jour environ permettent de ne pas mourir mais pas de vivre. L’aide d’urgence est une torture mentale et rend malade.

 

  • La détention administrative et l’aide d’urgence sont inhumaines et dégradante ;
  • Nous voulons l’égalité de traitement entre les migrant·e·s sans permis de séjour et les Suisse·sse·s ;
  • Nous voulons l’accès au travail, à l’éducation, à la santé, à l’assistance sociale ou à une vie sociale pour tou·te·s.

Une grande partie de la population veux à tout prix expulser les personnes déboutées. Vu que les États du Sud global n’acceptent pas automatiquement les expulsions, les autorités européennes et suisses cherchent à négocier des accords dits de réadmission ou des partenariats migratoires. Ce faisant, la Suisse profite de sa position de suprématie pour mettre sous pression les dirigeant·e·s des pays d’origine. Qu’il s’agisse de régimes dictatoriaux ou de gouvernements démocratiques, le mécanisme reste le même : plus un État accepte les expulsions, plus le soutien financier, la reconnaissance politique ou les incitations économiques sont importants. Dans le cas contraire, la Suisse menace de prononcer des sanctions politiques ou économiques ou de réduire les contributions au développement.

 

  • Les accords d’expulsion sont le résultat d’un ordre mondial (post-)colonial ;
  • Stop aux deals sur le dos des personnes issues de pays du Sud ;
  • Combattons les causes de fuite et mettons un terme aux exportations d’armes.

Un des pires accords de déportation est le règlement Dublin. A cause de celui-ci, des dizaines de milliers de migrant·e·s sont refoulé·e·s d’un État européen à l’autre chaque année. La Suisse est championne d’Europe dans ce domaine. Aucun autre pays européen n’effectue plus d’expulsions Dublin que la Suisse. En moyenne, chaque jour, 54 réfugié·e·s sont expulsé·e·s et ainsi exclu·e·s d’une procédure d’asile en Suisse.

 

  • La Suisse ne reçoit pratiquement pas de réfugiés en provenance d’États européens frontaliers. Dans le cadre du programme de relocalisation, seul·e·s 1500 demandeurs et demandeuses d’asile bloqué·e·s en Italie et en Grèce ont été accueilli·e·s au cours des trois dernières années.
  • La Suisse doit dénoncer le règlement Dublin.
  • Les autorités doivent utiliser automatiquement la clause de souveraineté et ainsi entrer en matière sur toutes les demandes d’asile déposées.

Manif | 8 décembre | 14h | Place fédérale | Berne

Lien vers l’événement Facebook ici.

Détails

Date :
8 décembre
Heure :
14 h 00 min - 18 h 00 min
Catégorie d’Évènement:
Site Web :
https://migrant-solidarity-network.ch/fr/ausschaffungen-sind-keine-loesung/

Organisateur

Migrant Solidarity Network
E-mail :
info@migrant-solidarity-network.ch
Site Web :
https://migrant-solidarity-network.ch/fr/