top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

1.1. Accès au marché de l’emploi pour les demandeurs d’asile, les personnes admises à titre provisoire et les réfugiés statutaires

Le Secrétariat d’Etat aux migrations détaille sur son site les conditions d’accès au marché du travail des personnes en procédure d’asile. De manière générale, l‘activité lucrative des demandeurs d’asile est soumise à autorisation, qui doit être demandée à l’autorité cantonale compétente.

Le SEM distingue ensuite deux périodes:

  1. La période où la personne séjourne dans un centre de la Confédération (centre fédéral) durant laquelle ” le requérant n’a pas le droit d’exercer d’activité lucrative”. Cette période peut durer jusqu’à 140 jours.
  2. Une autorisation provisoire d’exercer une activité lucrative peut être octroyée aux requérants d’asile après leur attribution à un canton, pour autant que la conjoncture économique et la situation sur le marché du travail le permettent ; il importe également que les conditions de rémunération et de travail soient respectées, tout comme le principe de la priorité aux travailleurs en Suisse.

Afin de garantir un certain équilibre sur le marché de l’emploi, les cantons peuvent limiter l’octroi des autorisations de travail pour certaines branches économiques. Par ailleurs, presque tous les cantons proposent des programmes d’occupation destinés à transmettre aux participants des connaissances de base utiles pour mieux vivre en Suisse au quotidien. Ils offrent aussi aux intéressés la possibilité de participer à des programmes d’intérêt général. Des informations sur les programmes d’occupation en cours peuvent être obtenues auprès des autorités cantonales compétentes.

«Les personnes réfugiées ont-elles vraiment le droit de travailler?»

La réponse est “oui” et la vidéo ci-dessous vous l’expliquera clairement.