top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

1.1. Historique: naissance de l’aide d’urgence

2004: L’aide d’urgence pour les personnes frappées d’une décision de non-entrée en matière

Dans le cadre du programme d’allègement budgétaire 2003, le Parlement fédéral avait décidé d’adopter des mesures d’économie également dans le domaine de l’asile. Au lieu de l’aide sociale ordinaire, la Confédération a donc versé aux cantons, à partir du 1er avril 2004, une indemnité unique au titre de l’aide d’urgence pour les personnes frappées d’une décision de non-entrée en matière (NEM) et dont la décision de renvoi est entrée en force. Outre cette modification touchant aux subventions, le Parlement a décidé que les personnes tenues de quitter la Suisse suite à une décision de non-entrée en matière ne relevaient plus de la loi sur l’asile (LAsi) et ne pouvaient dès lors plus invoquer le droit aux prestations d’aide sociale prévues dans la LAsi. Par conséquent, elles ont été exclues des structures d’aide sociale dès l’entrée en vigueur de la modification de loi, soit à partir du 1er avril 2004. Quiconque séjournait encore en Suisse en dépit de l’obligation de quitter le pays et se retrouvait dans une situation de détresse pouvait en revanche solliciter une aide d’urgence en vertu de l’article 12 de la Constitution fédérale.

2008: L’aide d’urgence pour les déboutés

A l’occasion de la modification de la loi sur l’asile du 16 décembre 2005, le Parlement fédéral a étendu la mesure d’exclusion de l’aide sociale ordinaire. Depuis le 1er janvier 2008, toutes les personnes qui, suite à une décision d’asile négative, doivent quitter impérativement la Suisse sont également exclues de l’aide sociale ordinaire. Si, du 1er avril 2004 au 31 décembre 2007, seuls les personnes dont la demande d’asile avait fait l’objet d’une NEM ne pouvaient plus toucher des prestations d’aide sociale, depuis le début de 2008, cette restriction touche tout requérant visé par une décision de renvoi entrée en force et tenu de quitter la Suisse.

Quiconque se retrouve dans une situation de détresse peut solliciter une aide d’urgence. L’octroi des prestations d’aide d’urgence est régi par le droit cantonal.

(source: Secrétariat d’Etat aux migrations, “Aide d’urgence accordée aux personnes frappées d’une décision de renvoi et tenues de quitter la Suisse“)