top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

1.3. Les statistiques de l’aide d’urgence

Dès 2008, des rapports périodiques, intitulés “Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale” et publiés sur le site du Secrétariat d’Etat aux migrations, rendent compte tous les ans des effets de cette modification de loi et de système. Il est possible de les télécharger en cliquant ici.

Archives: 2014


Les graphiques et textes ci-dessous sont tirés du rapport (2014).

Selon le  rapport (2014) entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2014, 40’030 personnes au total ont perçu l’aide d’urgence. Cela représente 56% des bénéficiaires potentiels, c’est-à-dire des personnes avec une décision NEM ou décision négative d’asile entrée en force pendant cette période. Par conséquent, 44% des bénéficiaires potentiels n’ont jamais demandé l’aide d’urgence jusqu’à fin 2014.

Source: SEM

(source: SEM, “Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale”, 2014)

(source: SEM, "Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale", 2014)

(source: SEM, “Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale”, 2014)

La durée moyenne de perception a atteint 182 jours sur l’ensemble de la période comprise entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2014. La durée de perception des personnes avec décision négative est, sur l’ensemble de la période, en moyenne plus de cinq fois plus élevée que la durée de perception des personnes avec NEM-Dublin.

(source: SEM, "Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale", 2014)

(source: SEM, “Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale”, 2014)

Chaque sixième bénéficiaire d’aide d’urgence est mineur en 2014. La proportion des jeunes adultes entre 18 et 29 ans a diminué de 11 points pour se situer à 43%. L’âge moyen de tous les bénéficiaires a passé de 26.4 en 2013 à 27 ans pour une médiane de 27 ans.

(source: SEM, "Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale", 2014)

(source: SEM, “Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale”, 2014)

76% des bénéficiaires d’aide d’urgence étaient des hommes, 24% des femmes. C’est la plus importante proportion de femmes depuis 2008.

(source: SEM, "Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale", 2014)

(source: SEM, “Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale”, 2014)

Durant la période sous revue 2’174 personnes, soit 23% des personnes ayant sollicité l’aide d’urgence durant l’année 2014, ont quitté la Suisse sous contrôle. L’expérience démontre que les départs contrôlés ont lieu relativement rapidement après l’entrée en force des décisions. Par conséquent, plus une personne reste longtemps à l’aide d’urgence après l’entrée en force de sa décision et plus la probabilité d’un départ contrôlé se réduit. Il existe de grandes différences concernant le taux de départ des différentes catégories de décisions: celui des personnes avec une NEM-Dublin est de 46% alors que celui des personnes avec une autre décision NEM (sans Dublin) est de 16% et celui des personnes avec décision négative est de 14%.

(source: SEM, "Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale", 2014)

(source: SEM, “Rapports de suivi sur la suppression de l’aide sociale”, 2014)