Aller au contenu
Revue

Numéro : VE 152 / avril 2015

A l’affiche de cette édition, un article du journaliste Stefano Liberti sur les défaillances du système d’accueil italien et le business mafieux qui l’entoure. Une preuve de plus que l’équivalence des procédures d’asile et conditions de vie dans les Etats membres du Règlement Dublin est factice. Au sommaire également, la question de l’économie informelle comme seule ressource pour les débouté-e-s de l’asile, et comme moyen essentiel pour ces personnes sans statut de reprendre un tant soit peu la maîtrise de leur existence; une analyse du dispositif de lutte contre la traite d’êtres humains, dans lequel les personnes relevant du domaine de l’asile peinent à faire valoir leur statut de victimes; ou un décryptage des rapports d’évaluation du projet de restructuration de l’asile, actuellement examiné au Parlement.

EDITORIAL "Seul est libre qui use de sa liberté"

ECONOMIE INFORMELLE Le travail non-déclaré, une ressource pour les déboutés de l’asile?

CENTRE-TEST DE ZURICH Retour et constats des premiers rapports d'évaluation

CHRONIQUE MONDE Le grand business des centres d'accueil en Italie. Extraits d'une enquête réalisée par Stefano Liberti

DECRYPTAGE Traite des êtres humains: les demandeurs d'asile, des victimes au rabais?

ASSOCIATION Enceinte à Genève: Bien plus qu'une aide ponctuelle, un soutien à la mère et l'enfant

Besoin de la version complète