top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Editorial | Deux lois, une même logique

En ligne depuis le 10 avril 2006 et publié dans - modifié le 26 juin 2017

«Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile», comme le proclame sa couverture depuis plus de 20 ans, Vivre Ensemble est bien sûr aux premières lignes dans la campagne contre la révision de la loi sur l’asile (LAsi). Dans notre numéro de février, nous avons cependant inséré une feuille de signatures qui porte également sur la loi sur les étrangers (LEtr), et ce numéro lui est plus spécialement consacré. Sommes-nous en train de renoncer à notre spécificité?

Sur le terrain, la totalité des comités cantonaux et la plupart des organisations concernées par l’asile ont fait, comme nous, le choix du double référendum. Un choix qui s’est fait sans grands débats, tant il a paru évident.

Discutées parallèlement aux Chambres fédérales, ces deux lois puisent à la même source, et les valeurs fondamentales qu’elles bafouent sont les mêmes, au point qu’elles sont indissociables comme les deux faces d’une même pièce.

  • Protester contre des mesures de contraintes excessives, comme l’emprisonnement pour deux ans de personnes qui n’ont commis aucun délit de droit commun, nécessite de dire NON simultanément à la LEtr et à la LAsi, parce que les parlementaires ont décidé d’introduire les mêmes dispositions dans les deux projets de loi.
  • Refuser une société qui rejette les déboutés de l’asile dans la marginalité en leur refusant l’aide sociale, c’est bien sûr aussi dire NON à une loi sur les étrangers, qui refuse toute régularisation pour les sans-papiers en les maintenant dans la précarité.
  • S’opposer à des pratiques policières incontrôlées qui portent atteinte aux libertés individuelles, c’est refuser le droit de perquisition sans mandat judiciaire qui figure dans la LAsi. Mais c’est aussi, bien évidemment, rejeter les écoutes téléphoniques et les enquêtes par agents infiltrés prévues par le projet LEtr pour des questions de mariage blanc et de séjour clandestin.
  • Revendiquer des droits clairs plutôt que des décisions arbitraires, c’est s’opposer à la multiplication des procédures de non-entrée en matière sur les demandes d’asile, mais aussi refuser que l’octroi du permis C ou du regroupement familial soit laissé à la libre appréciation de la police des étrangers.
  • Vouloir une Suisse ouverte, qui rejette les logiques racistes et discriminatoires, c’est s’opposer au durcissement continu du droit d’asile face à l’arrivée de réfugiés du tiers monde, aussi bien que refuser une loi sur les étrangers qui pénalise les non-européens en leur fermant les portes de notre pays.

Alors que le double référendum contre la LEtr et la LAsi vient d’aboutir, en dépassant très largement la barre des 50’000 signatures, la campagne de votation qui va s’ouvrir devra intégrer cette logique commune pour favoriser un rassemblement aussi large que possible contre les deux «lex Blocher».

Yves Brutsch

,