Aller au contenu
Préjugés

Libre choix? Motifs de fuite et statuts

Des faits, non des préjugés

Les personnes venant en Suisse ont-elles voulu quitter leur pays ou est-ce la situation dans leur pays qui a motivé leur fuite ? Ont-elles choisi de venir en Suisse ou est-ce le hasard de leur parcours migratoire qui les y a amenées? Enfin, comment la Suisse répond-elle à leur besoin de protection ? Pour répondre à ces questions, il faut s’intéresser aux pays de provenance des réfugié·es frappant à la porte de la Suisse et à la situation politique prévalant dans ces pays. Les motifs individuels de fuite, mais aussi leur parcours migratoire avant d’arriver en Suisse sont déterminants dans le statut qu’elles et ils se verront octroyer.
Pour compléter les explications et aller plus loin, de la documentation ainsi que des liens vers des publications de Vivre Ensemble vous sont proposés.

La Suisse se déchire. Parler français est devenu un délit. Menacé·e, privé·e de travail, expulsé·e de votre logement, vous et votre famille risquez gros si vous critiquez votre gouvernement. Que faites-vous ? +

La majorité des hommes, femmes et enfants qui déposent une demande d’asile en Suisse viennent de pays gouvernés par des régimes autoritaires ou en proie à des violences politiques et à la guerre : Irak, Afghanistan, Somalie, Syrie, Érythrée… Les réfugié·es fuient des persécutions politiques, religieuses ou ethniques. Ces personnes doivent être protégées.

Dans l’Union européenne, lorsque le statut de réfugié·e leur est refusé faute de persécution personnelle, les personnes déplacées par la guerre et les violences obtiennent une protection subsidiaire, et souvent quasiment les mêmes droits que les réfugié·es. En Suisse, elles reçoivent une décision de renvoi. Et si l’exécution du renvoi dans le pays d’origine s’avère illicite ou inexigible parce qu’elle mettrait la vie des personnes en danger, une admission provisoire – statut précaire avec des droits limités – est octroyée.

Libre choix? Motifs de fuite et statuts