top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Requérants spoliés | Le combat se poursuit

En ligne depuis le 17 décembre 2007 et publié dans - modifié le 28 juin 2017

Vivre Ensemble a déjà relaté à plusieurs reprises le combat mené en Valais pour obtenir réparation en faveur de requérants qui se sont vu demander abusivement par le canton le remboursement de prestations d’assistance déjà remboursées à la Confédération (voir Vivre Ensemble, n°105, 102 et 95).

Le canton avait fini par admettre que 146’000 francs de prélèvements faisaient problèmes, mais il estimait qu’il n’avait rien à restituer, car l’argent était parti à Berne. Le 30 août, une conférence de presse tenue à Sion dénonçait une fois de plus l’attitude des services officiels valaisans, avec l’appui de 111 personnalités.

Suite à quoi, une rencontre a eu lieu le jeudi 18 octobre en présence de M. Thomas Burgener, conseiller d’Etat. Rien de concret n’est cependant sorti de cette rencontre. Les pièces préparées par Sœur Marie-Rose, qui s’emploie depuis des années à faire la lumière sur cette affaire, n’ont même pas été examinées. Les représentants du canton du Valais se sont retranchés derrière le fait qu’aucun requérant n’avait déposé plainte contre les pratiques dénoncées.

M. Burgener, qui a pourtant paru pourtant touché par les explications données, a laissé entendre que le Conseil d’Etat refusera les demandes d’expertise indépendante qui lui avaient été adressées. Déçus mais pas résignés pour autant, Sœur Marie-Rose, les députés qui l’ont soutenue et le Comité de soutien entendent continuer leurs démarches par un autre chemin, afin de faire toute la lumière sur ce dossier

Françoise Jacquemettaz
membre du Comité de soutien