top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

The Guardian | La Syrie compte son millionième enfant réfugié

En ligne depuis le 11 septembre 2013 - modifié le 5 août 2014

L’Unicef annonce que la communauté internationale a failli dans sa responsabilité envers les enfants déplacés à cause de la violence en Syrie.

Article de Mark Tran publié par The Guardian, le 23 août 2013. Cliquez ici pour lire l’article original, en anglais.

La crise syrienne a atteint une autre sinistre étape quand les Nations Unies (ONU) a annoncé que le nombre d’enfants réfugiés enregistré a désormais atteint le million. La majorité de ces enfants ont moins de 11 ans. A l’intérieur du pays, plus de 2 millions d’enfants ont été déplacés, l’ONU a ajouté.

Environ 7000 enfants auraient été tués depuis le début du conflit.

Le Guardian a aussi publié une vidéo (sous-titrée en anglais):

zaatari

Dans ce documentaire, les enfants syriens du camp de réfugié Zaatari en Jordanie parlent de leurs expériences pendant la guerre civile, leur fuite et leur vie dans le camp. Ils expliquent les difficultés qu’ils ont à ajuster leurs vies en tant que personnes déplacées et disent leurs espérances pour le future,

(traduction de l’anglais par Cristina Del Biaggio)

Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) commente ainsi la nouvelle:

« Ce qui est en jeu n’est rien moins que la survie et le bien-être d’une génération d’innocents », a dit le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) António Guterres. « Les jeunes de Syrie sont en train de perdre leurs foyers, des membres de leurs familles et leur avenir. Même après avoir traversé une frontière pour se retrouver en sécurité, ils sont traumatisés, déprimés et ont besoin d’une raison d’espérer. »

Selon le HCR et l’UNICEF, les enfants représentent la moitié de l’ensemble des réfugiés du conflit en Syrie. La plupart sont arrivés au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Iraq et en Égypte. Il est de plus en plus fréquent que les Syriens s’enfuient jusqu’en Afrique du Nord et en Europe. Les derniers chiffres montrent que plus de 768,000 enfants réfugiés syriens ont moins de onze ans.

« Ce millionième enfant réfugié n’est pas seulement un chiffre de plus, a affirmé le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake. C’est un enfant bien réel, arraché à son foyer, peut-être même à sa famille, qui affronte des horreurs qu’on ne peut que commencer à appréhender. »

« Nous devons tous partager cette honte, a dit Anthony Lake, parce que, pendant que nous nous employons à soulager les souffrances de ceux qui sont touchés par cette crise, la communauté internationale a échoué dans sa responsabilité envers cet enfant. Nous devrions nous arrêter un instant et nous demander, en toute conscience, comment nous pouvons continuer à abandonner les enfants de Syrie. »

À l’intérieur de la Syrie, selon le Haut Commissariat aux droits de l’homme, environ 7 000 enfants ont été tués au cours du conflit. Le HCR et l’UNICEF estiment que plus de deux millions d’enfants ont été déplacés à l’intérieur de la Syrie.

Les bouleversements physiques, la peur, le stress et les traumatismes qu’ont vécus tant d’enfants ne représentent qu’une partie de cette crise humaine. Les deux organisations ont aussi mis en avant les menaces de travail, de mariage précoce et le risque d’exploitation sexuelle et de traite pesant sur les enfants réfugiés. En Jordanie, au Liban et en Iraq, plus de 3 500 enfants ont traversé les frontières de la Syrie, non accompagnés ou bien séparés de leurs familles.

Au cours de la plus vaste opération humanitaire jamais menée, le HCR et l’UNICEF ont mobilisé un soutien pour des millions de familles et d’enfants sinistrés.

Par exemple, plus de 1,3 million d’enfants se trouvant dans des communautés de réfugiés et d’accueil dans les pays voisins ont été vaccinés cette année contre la rougeole avec l’appui de l’UNICEF et de ses partenaires. Près de 167 000 enfants réfugiés ont reçu une aide psychosociale ; plus de 118 000 enfants ont pu poursuivre leur éducation dans le cadre d’un enseignement traditionnel ou non.

Le HCR a enregistré un million d’enfants, leur donnant ainsi une identité. L’organisation aide les bébés nés en exil à obtenir des certificats de naissance, ce qui leur évite d’être apatrides. Le HCR veille aussi à ce que tous les enfants et familles réfugiés puissent vivre dans un abri sûr, sous une forme ou une autre.

Mais il reste beaucoup à faire, rappellent les deux institutions. Le Plan régional d’aide aux réfugiés syriens, qui exige 3 milliards de dollars É.-U. pour répondre aux besoins extrêmes des réfugiés jusqu’en décembre cette année, n’est financé qu’à hauteur de 38%.

Plus de 5 milliards de dollars É.-U. ont été demandés pour faire face à la crise en Syrie, en particulier pour financer les besoins critiques pour l’éducation, les soins de santé et les autres prestations pour les enfants syriens et ceux des communautés d’accueil. Davantage de moyens doivent être consacrés au développement de réseaux solides afin d’identifier les enfants réfugiés à risque et leur offrir un soutien, ainsi qu’à leurs communautés d’accueil.

Mais l’obtention de fonds supplémentaires n’est qu’un des éléments de l’aide nécessaire pour faire face aux besoins des enfants, ont indiqué les deux agences des Nations Unies.

S’il est indispensable de redoubler d’efforts pour trouver une solution politique à la crise en Syrie, il est impératif que les parties au conflit cessent de prendre pour cible la population civile et mettent un terme au recrutement d’enfants. Les enfants et leurs familles doivent se trouver en sécurité pour quitter la Syrie et les frontières doivent rester ouvertes afin qu’ils puissent les traverser en toute sécurité.

« Ceux qui ne respectent pas leurs obligations en vertu du droit humanitaire international doivent être intégralement tenus pour responsables de leurs actes, » ont déclaré les deux institutions.

, , , ,