top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Etude | Femmes réfugiées, travail & santé

En ligne depuis le 25 septembre 2013 - modifié le 26 août 2015

Les femmes réfugiées ont plus de difficulté de trouver du travail et souffrent de problèmes de santé plus importants que les hommes. C’est ce que démontrent de nouvelles recherches sur la question.

Une étude conduite par des experts de l’Université de Birmingham et de Cardiff, en Grande-Bretagne, montre que les femmes réfugiées vivant dans le pays sont dans un état de santé physique et émotionnelle plus fragile que les hommes.

social networksLe rapport, financé par The Nuffield Foundation et intitulé “Social networks, social capital and refugees integration” (avril 2013) conclut qu’il y a des preuves convaincantes qu’il y a une différence de genre importante dans la situation de santé des réfugiés.

Le rapport souligne aussi que “malgré des niveaux d’emploi assez élevés avant de quitter le pays, les femmes réfugiées sont plus susceptibles de remplir des “rôles féminins” tels que des emplois dans la vente et dans le service clients.

“Ceci est très préoccupant, que les femmes réfugiées s’en sortent si mal, surtout quand elles arrivent avec des compétences élevées. Cela montre que nous devons faire plus d’efforts pour s’assurer que les femmes réfugiées puissent mieux s’intégrer. En particulier, nous devons mettre l’accent sur des cours de langue pour les femmes. Il est évident que les femmes nécessitent et veulent suivre des cours d’anglais, mais qu’elles ne sont souvent pas en mesure de le faire, par manque de structures pour la garde des enfants”, dit Dr Jenny Phillimore, une des auteurs du rapport.

Pour lire le rapport complet, en anglais, cliquez ici. Cliquez ici pour lire le communiqué sur le site de l’université de Birmingham.

, ,