top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

MSF | L’histoire de Younes, réfugié syrien

En ligne depuis le 6 octobre 2013 - modifié le 5 août 2014

“Vivre dans un camp de réfugiés, c’est comme mourir très lentement”

Younes est un bébé de cinq mois, né à Deraa, en Syrie. Il est arrivé dans le camp Zaatari, en Jordanie, en février 2013, avec sa mère, son père et 7 autres frères et sœurs.

Article paru sur le site de Médecins sans frontières (MSF), le 30 mai 2013. Cliquez ici pour lire l’article sur le site de MSF.

Camp Zaatari Photo: EU Humanitarian Aid and Civil Protection

Camp Zaatari
Photo: EU Humanitarian Aid and Civil Protection

Sur le camp Zaatari, voir aussi le billlet “Jordanie | Expansion du camp de réfugiés de Zaatari“, publié sur le site de Vivre Ensemble le 6 mars 2013.

La mère Younes, Im Younes, a amené son fils à l’hôpital pédiatrique MSF dans le camp le 10 mai dernier. On lui a diagnostiqué une gastro-entérite et il a dû être hospitalisé le temps de son traitement. Im Younes était préoccupée par la santé de son fils et est en même temps inquiète pour ses autres enfants qu’elle a laissés dans leur tente.

« Vivre dans un camp de réfugiés, c’est comme mourir très lentement. Oui, vous êtes en vie, mais la vie que vous vivez est bien loin du niveau minimum de bonnes conditions de vie! J’étais professeur à l’école du village où nous habitions et notre vie était décente. Regardez nous, ma famille et moi, maintenant !

Younes est tombé malade le jour où nous sommes arrivés au camp, en raison du temps froid. Maintenant, il commence à faire chaud et il a des problèmes à l’estomac. Qu’il fasse froid ou chaud, il souffre. Je suis reconnaissante qu’un tel hôpital assurant une bonne prise en charge des enfants malades existe à l’intérieur du camp. Sinon, je ne sais pas ce qui serait arrivé à mon enfant.

Même quand je suis à l’hôpital, mes pensées sont avec mes quatre autres filles et mes trois fils qui restent dans notre tente. Leur père a été grièvement blessé l’année dernière lors d’un raid aérien. Sa jambe a dû être amputée au-dessus du genou et il a maintenant besoin d’une aide tout le temps. Mon fils aîné, qui a 25 ans, a refusé de venir au camp Zaatari. Il a traversé la frontière vers le Liban. Je n’ai pas eu de ses nouvelles depuis un moment.

Des membres de la famille vivent à Amman. Ils nous ont conseillé de venir et d’y louer un appartement, mais c’est trop cher et on ne peut pas se le permettre pour l’instant. Je suis prête à faire n’importe quelle activités : des ménages, la cuisine pour les autres familles… afin de sortir du camp de Zaatari.

Dans tous les cas, je dois attendre que Younes soit guéri et puisse quitter l’hôpital. L’infirmière m’a dit qu’il se renforce chaque jour et qu’il pourra certainement quitter l’hôpital demain. Mais maintenant, il sourit. »

, , ,