top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Visions cartographiques | Le monde interdit

En ligne depuis le 21 octobre 2013 et publié dans - modifié le 22 juillet 2017

07 monde sanctuarisation carteEtrange, cette peur paranoïaque de l’invasion, cette volonté de se «protéger» coûte que coûte d’êtres humains en détresse qui, chaque année, prennent le chemin de l’exil vers les contrées prospères qu’ils imaginent terre d’espérance. Pour les riches, cette humanité-là est malvenue. Ils renforcent leurs frontières, dressent des barrières, construisent des murs toujours plus hauts. Une véritable stratégie de guerre pour contenir «l’envahisseur».

Par un effet d’entraînement, d’autres grands pays comme le Brésil, la Chine ou la Russie mettent aussi en place une «sanctuarisation intérieure» pour limiter les migrations économiques des régions pauvres vers les zones de forte croissance.

Ces clôtures physiques sont les outils les plus efficaces pour criminaliser l’immigration et rendre acceptable l’emploi d’expressions inacceptables – «immigrant illégal», par exemple – pour faire croire à une transgression de la loi: avec ces nouveaux obstacles, juridiques ou physiques, le migrant devient une nouvelle catégorie de délinquant. Au mépris et en complète violation du droit international et des valeurs universelles.

Carte et texte de Philippe Rekacewicz

 

Pour accéder au blog “Visions cartographiques”, cliquez ici.

Voir aussi: