top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

SFM | Les rouages de l’asile en Suisse

En ligne depuis le 31 octobre 2013

Le Swiss Forum for Migration and Population Studies (SFM) vient de publier une étude de Marion Fresia, David Bozzini et Alice Sala, intitulée “Les rouages de l’asile en Suisse. Regards ethnographiques sur une procédure administrative”.

L’étude peut être consultée en cliquant ici.

Cet ouvrage collectif propose d’ouvrir la «boîte noire» de la procédure d’asile en Suisse qui, loin de relever d’une simple application mécanique de la loi, s’élabore et s’interprète au jour le jour par une diversité d’hommes et de femmes. A partir d’enquêtes ethnographiques menées par des étudiants de l’Université de Neuchâtel, il aborde trois types d’acteurs qui participent à la fabrique quotidienne de l’asile : les collaborateurs de l’Office fédéral des migrations qui statuent sur des demandes d’asile ; les oeuvres d’entraide qui offrent aux requérants un service d’accompagnement juridique ; et les requérants déboutés qui déploient des stratégies de résistance à l’injonction au retour. A travers l’analyse de pratiques d’octroi, d’accompagnement et de contestation de l’asile en Suisse, l’ouvrage cherche à saisir comment les acteurs sociaux participent à donner vie et corps au cadre politico-juridique de l’asile, en renforçant ou en modifiant ses contours mais aussi en générant d’autres normes de régulation, plus implicites. Les auteurs soulignent la tendance actuelle à considérer le traumatisme comme un registre plus légitime que celui de l’injustice ou du combat politique.

SFM