top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Hein de Haas | Le trafic de migrants est la conséquence des contrôles migratoires…

En ligne depuis le 12 novembre 2013 - modifié le 11 décembre 2013

… et non pas la cause.

Information de Hein de Haas, publié sur son blog, le 5 octobre 2013. Cliquez ici pour lire l’article original (en anglais)

Le désastre du naufrage du 3 octobre 2013 au large de Lampedusa, qui a coûté la vie à des milliers de réfugiés et migrants, a déjà suscité des appels à une “répression du trafic de migrants” de la part de gouvernements et organisations internationales. Depuis une dizaine d’année, ceci a été la réaction habituelle face à ces tragédies qui se sont produites en Europe du Sud.

Cependant, ce type de raisonnement renverse les liens de causalité. Ce sont les contrôles frontaliers qui ont forcé les migrants à prendre des routes toujours plus dangereuses et ont rendu ces derniers de plus en plus dépendants des passeurs pour traverser les frontières. Ainsi le renforcement du trafic de migrants est une conséquences aux contrôles migratoires plutôt qu’une cause de la migration. Paradoxalement, les durcissements du contrôle migratoire forceront donc les migrants et les réfugiés à prendre encore plus de risques et augmenter leurs recours à des passeurs.

Hein de Haas conclut:

Les politique qui visent à “combattre la migration illégale” sont vouées à l’échec car elles sont parmi les causes du phénomène qu’ils prétendent “combattre”. Il est troublant de voir comment les gouvernements utilisent des termes tels que “combattre” et “lutter” pour décrire leurs tentatives de stopper les migrants et réfugiés à arriver sur le territoire européen. Cependant, le vrai scandale réside dans le fait que les gouvernements et les agences de migration tels que Frontex utilisent sans aucune honte ces tragédies pour augmenter les dépenses permettant de “combattre la migration illégale”, alors que ces mesures ne feront qu’augmenter la dépendance vis-à-vis des passeurs, empêcher l’accès des réfugiés à une protection et entrainer encore plus de morts aux frontières.

(traduction de l’anglais par Cristina Del Biaggio)

, , ,