top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Shafaq News | L’Irak résiste aux pression de l’Union européenne sur le rapatriement des irakiens déboutés

En ligne depuis le 26 décembre 2013 - modifié le 15 juin 2014

Le ministère irakien des déplacements et de la migration a confirmé vendredi que les résultats de ses négociations avec l’Union européenne sur les réfugiés dont les demandes d’asile ont été rejetées n’ont pas à ce jour abouti.

Article paru dans Shafaq News, le 1er novembre 2013. Cliquez ici pour lire l’article original, en anglais.

“L’Union européenne exerce une forte pression sur l’Irak pour qu’elle puisse rapatrier les réfugiés déboutés. Nous sommes entrés en négociation avec plusieurs pays comme les Pays-Bas, la Suède et la Grande-Bretagne, mais jusqu’à maintenant nous ne sommes arrivés à aucun résultats”, a expliqué le ministre, Dindar Dosky, à l’agence de presse Shafaq.

“Les discussions sur le dossier continuent. Nous sommes d’accord avec le ministère des affaires étrangères sur cette position [de refus des rapatriements] et aussi faire des concessions sur les Irakiens qui veulent revenir volontairement”, a-t-il ajouté.

Il est à noter que, sous le régime précédent, les Irakiens étaient connus pour leur taux élevé de migration et d’asile dans d’autres pays. Des statistiques de l’époque montrent que près de quatre millions de réfugiés s’étaient dispersés dans divers pays. Certains d’entre eux sont revenuss en Irak après 2003. Mais les taux d’émigration et d’asile ont rapidement de nouveau augmenté au cours des dernières années en raison de la détérioration de la sécurité et du manque de stabilité, d’emplois et de services en Irak.

Sur ce sujet voir aussi:

(Merci à Jean-Pierre Alaux d’avoir partagé cette information via la mailing-list de Migreurop)

,