top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Film | EU 013, la dernière frontière

En ligne depuis le 3 juin 2014 - modifié le 31 juillet 2014

EU 013, L’ultima frontiera“, film de Alessio Genovese et Raffaella Cosentino, réalisé en 2013.

LOCANDINA_NOW_ITA_21_11_013_DEF_50X70

Synopsis

Chaque année, des milliers de citoyens étrangers sont détenus à l’intérieur des Centres d’identification et d’expulsion (CIE) italiens faute de permis de séjour valable. Ils peuvent y rester jusqu’à une année et demie, sans avoir commis aucun crime et sans avoir été condamnés par un juge.

Les opérateurs de police des frontières d’Ancona et de Fiumicino, suivis dans leurs procédures de contrôle ordinaire, nous montrent le fonctionnement des CIE. Pour la première fois, le Ministère de l’intérieur a autorisé une troupe cinématographique à entrer dans ces structures.

Le mur du silence qui enveloppe les CIE et ceux qui y sont enfermés a été brisé, exceptionnellement, par le bref passage de la troupe, pour se refermer ensuite sur l’indifférence de tous les jours. Il s’agit de lieux qui se racontent tous seuls, institutions totales qui rappellent les lager et les asiles psychiatriques, où règne la violence, physique et mentale. Les “hôtes”  -c’est ainsi qu’on les appelle-, sont des personnes privées de leur identité. Ils sont détenus pour des raisons très variées. La plupart d’entre-eux a perdu son permis de séjour sous l’effet de la crise, ou a tout juste terminé de purger une peine. Très peu viennent d’arriver en Italie. La majorité ne sera pas rapatriée. Après 18 mois de détention, ils seront relâchés avec un ordre d’expulsion (foglio di via), leur intimant de quitter le territoire national dans un délai de quelques jours. Souvent, leur consulat refuse de les reconnaître comme ressortissants de l’Etat dont ils proviennent. S’ils quittent l’Italie pour se rendre dans un autre pays européen, ils sont arrêtés et renvoyés en Italie, où ils sont remis dans un CIE pour 18 mois supplémentaires. Une histoire absurde, qui semble ne jamais se terminer…

Lire également, en français, “Entre les murs, la dernière frontière“, la recension de Camille Schmoll, spécialiste des politiques migratoires en Europe du Sud, publié sur le site de Mediapart, le 10 mars 2014.

Derniers billets publiés sur notre site sur la détention administrative:

 

, ,