Aller au contenu
 

Berne | Retour sur la manifestation pour les droits des réfugiés et contre le racisme

Manifestation combative pour les droits des réfugié.e.s et contre le racisme à Berne

Aujourd’hui, samedi 28 juin 2014, plus de 1’000 migrant.e.s avec et sans autorisation de séjour, soutenus par des activistes antiracistes et de soutien aux sans-papiers ont manifesté à Berne pour le respect et le renforcement de droits des réfugié.e.s.

Billet publié sur le site des organisateurs de la manifestation, le samedi 28 juin 2014. Cliquez ici pour lire le communiqué sur le site www.antira.org.

DemoBernEn vue du sommet européen de Bruxelles des 26/27 juin, des réfugiés de toute l’Europe se sont mis en réseau pour manifester ensemble contre la politique migratoire répressive de l’Union Européenne. En cinq semaines, des collectifs de réfugiés de différents pays européens ont parcouru 450 kilomètres en marchant de Strasbourg à Bruxelles dans le cadre de la March for Freedom. Durant la marche, les activistes ont traversé des frontières nationales à plusieurs reprises et violant ainsi consciemment les lois inhumaines du régime migratoire. De cette manière, ils ont exercé le droit à la liberté de circulation. La marche est arrivée à Bruxelles au moment de l’ouverture du sommet européen.

La manifestation d’aujourd’hui Power to the People à Berne fait partie de cette mobilisation transnationale des migrant.e.s en Europe. Lors des interventions sur la Place fédérale, les manifestants ont exprimé leur solidarité avec les revendications des réfugié.e.s mobilisé.e.s à Bruxelles, ainsi qu’avec celles des 250 réfugié.e.s de Belin, qui se sont fait expulsés violemment de l’école Gerhard Hauptmann par 900 policiers cette semaine. Une activiste du collectif Bleiberecht Berne a signalé que des personnes se mobilisent actuellement pour les mêmes revendications également à Vienne, Berlin, Hambourg, Londre et d’autres villes : « Ensemble nous pouvons vaincre l’impuissance. Nous devons nous organiser au niveau national, européen et mondial ! »

Contre la militarisation des frontières européennes…

Ensemble, les manifestants se sont positionnés contre la politique migratoire raciste et discriminatoire de l’UE et contre la militarisation des frontières. Une porte-parole s’est exprimée sur les négociations menées actuellement au sein de l’UE sur un renforcement de l’agence Frontex et du système de surveillance EUROSUR : « Nous n’avons pas besoin de Frontex, une agence qui prétend sauver des vies en Méditerranée, mais qui, en réalié, participe à rendre plus dangereuse la route vers l’Europe, au long de laquelle d’innombrables personnes perdent la vie. » Sur de nombreuses banderoles on pouvait lire « Freedom not Frontex ».  Plusieurs porte-paroles ont exigé qu’il soit mis fin à cette politique meurtrière. Ils demandent également l’arrêt de déportations et que l’entrée sur le territoire de l’UE soit rendue légale.

… et contre la pratique discriminatoire du système d’asile suisse

La manifestation dénonce également « les frontières de l’intérieur » et la politique d’asile suisse. Un réfugié a témoigné de la manière dont les demandeurs d’asile sont placés dans des camps et des abris souterrains, contrôlés en permanence par des agences de sécurité privées. Des réfugiés éthiopiens ont critiqué le fait que leurs demandes d’asile soient refusées, malgré les persécutions subies dans les pays d’origine. La situation précaire des personnes qui se retrouvent dans le système d’asile suisse a également été thématisé par des réfugiés syriens. « Dans notre pays d’origine, nous n’avons pas de perspectives, raison pour laquelle nous sommes venus ici. Mais avec un permis N nous n’avons pas de perspectives en Suisse non plus. » En effet, l’accès au marché du travail, au logement et au système de formation est systématiquement rendu inaccessible aux réfugiés.

La résistance paie

Les mobilisations des réfugiés syriens et iraniens de ces derniers mois ont montré que la résistance paie. Ces luttes autogérées sous forme de camp de protestation devant ‘l’Office fédéral contre les migrants’ (ODM) à Berne et de grève de la faim, ont été rappelées lors de la manifestation d’aujourd’hui. Grâce à ces luttes, ces réfugiés ont enfin obtenu un examen de leurs demandes d’asile. Ils ont aussi discrédité la pratique de l’ODM qui consiste à ne pas traiter en priorité les demandes d’asiles ayant de bonnes chances de succès; pratique qui condamne les réfugiés à attendre une réponse pendant de longues années.

Power to the people – antiracism everywhere!

Nous ne nous laissons pas diviser, ni entre migrant.e.s de nationalités différentes ou de statut différent, ni entre « suisse.sse.s » et immigré.e.s : Unissons-nous! Un pas important dans cette direction a été fait grâce à la manifestation d’aujourd’hui à Berne, où de nombreuses communautés d’immigré.e.s et de collectives antiracistes se sont mis en réseau et ont exprimé haut et fort leurs revendications communes.

Voir aussi notre article « Berne, 28.06.2014 | Power to the people: manifestation antiraciste pour la journée des réfugiés« , publié sur notre site, le 17 juin 2014.