top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Intervention – Sur la base d’un fact-checking, le Comptoir s’adresse directement à l’auteur d’une information incorrecte ou  pouvant relayer une représentation stéréotypée de la réalité en matière d’asile, pour lui proposer une argumentation et de la documentation. Nous en publions une sélection, après échange avec le journaliste.

Communiqué | Les flux de réfugiés ne dépendent pas des politiques migratoires

En ligne depuis le 29 juillet 2014 - modifié le 10 août 2014

Communiqué de Vivre Ensemble adressé aux médias le 29 juillet 2014.

Les réfugiés quittent leur pays indépendamment des politiques migratoires mises en place par les pays d’accueil

En tant que service d’information actif dans la défense du droit d’asile en Suisse et dans le cadre de notre projet Le Comptoir des médias, nous nous permettons de vous écrire à propos de l’article ATS/Newsnet « L’UDC étudie une nouvelle initiative sur l’asile » paru sur les sites Internet de 20 minutes, du Matin, de 24 heures et de la Tribune de Genève, le 27 juillet 2014.

Nous souhaitons attirer votre attention sur le paragraphe suivant :

Depuis les réformes sur l’asile entreprises par la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga – notamment l’accélération de la procédure d’obtention de l’asile – le nombre de demandes a baissé de plus d’un quart l’année dernière, à 21’000

Ce paragraphe laisse à penser que le nombre de demandes d’asile en Suisse est étroitement lié aux réformes entreprises par Mme Sommaruga. Or, plusieurs études montrent que la quantité des flux migratoires ne dépend pas des politiques mises en place, mais de deux facteurs principaux :

  • Les rythmes saisonniers ;
  • La conjoncture politique internationale.

En effet, les flux migratoires connaissent des variations saisonnières, année après année, comme l’a tout récemment montré le Bureau d’appui européen en matière d’asile, dans un tableau très parlant (Rapport annuel 2013, p.14) :

Source: EASO,  Annual Report: Situation of Asylum in the European Union 2013, Juillet 2014, p. 14

Source: EASO, Annual Report: Situation of Asylum in the European Union 2013, juillet 2014, p. 14

Il faut surtout souligner que les réfugiés quittent leur pays indépendamment des politiques migratoires mises en place par les pays d’accueil [1].

A ce titre, les graphiques comparant les demandes d’asile en Suisse et en Europe ces dernières années montrent que les fluctuations des demandes d’asile y suivent une courbe similaire.

Source : David Kaufmann 2013 [2]

Source : David Kaufmann 2013 [2]

Comme le souligne David Kaufmann dans son article [2], s’il est indéniable que la Suisse accueille un nombre moyen de demandes d’asile par habitant plus élevé que d’autres pays européens, il s’agit d’un phénomène constant. Celui-ci n’est influencé ni par le/la chef/fe du Département de justice et police ni par les restrictions successives du droit d’asile helvétique.

A partir de la similitude de ces deux courbes, on peut conclure que l’arrivée en Suisse de demandeurs d’asile dépend des crises et guerres internationales et non pas d’une politique d’asile plus ou moins restrictive. Il suffit d’observer les dernières statistiques de l’ODM pour constater que les personnes demandant l’asile en Suisse sont en majorité des personnes provenant de régions en proie à de grandes difficultés. Pour 2013, les trois principaux pays d’origine des demandeurs d’asile étaient en effet l’Érythrée, la Syrie et le Nigéria.

Le lien de causalité directe entre la politique d’asile suisse et le nombre de demandes sert très souvent de base aux arguments des acteurs politiques, mais il est incorrect. Le reprendre tel quel dans un article traitant d’une initiative visant à restreindre davantage le droit d’asile vient soutenir le raisonnement erroné fait par M. Amstutz et ne fait qu’induire les lecteurs en erreur. Pour une information plus juste, il nous semble donc important que soient rappelés les principaux facteurs agissant sur les fluctuations des demandes d’asile.

Nous sommes d’ores et déjà curieux de connaître votre position à cet égard et les mesures que vous entendez prendre en vue de proposer au public une information correcte et nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Nous tenons à préciser ici que notre intervention auprès de votre service, votre réponse et les mesures que vous seriez susceptibles de prendre peuvent être publiées sur notre site Internet dans notre rubrique Le Comptoir des médias.

Pour Vivre Ensemble,

Cristina Del Biaggio et Raphaël Rey

[1] Besson, Roger et Etienne Piguet (2005). Trajectoires d’asile africaines : répartition des demandes d’asile en Europe et effets des politiques. Neuchâtel : Swiss Forum for Migration and Population Studies.

Efionayi-Mäder, Denise, Joëlle Moret et Marco Pecoraro (2005). Trajectoires d’asile africaines : déterminants des migrations d’Afrique occidentale vers la Suisse. Neuchâtel : Swiss Forum for Migration and Population Studies (SFM).

Neumayer, Eric (2005b). «Bogus refugees ?: the determinants of asylum migration to Western EuropeInternational studies quarterly, 49(3) : 389-410.

[2] David Kaufmann, “Vom Mantra des Asylchaos : Wie Asylgesetz- verschärfungen legitimiert werden“, foraus blog, 26.02.2013.

, ,