top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Bande dessinée | Retour au Kosovo

En ligne depuis le 7 janvier 2015

Gani Jakupi s’est associé au dessinateur Jorge González pour servir l’écriture d’un récit marqué par l’émotion. Graphiquement les pages se construisent en strates successives, lumières et couleurs s’amalgamant aux traits des paysages et des personnages. Âpre et poétique, auteur chez Dupuis des remarqués “Bandonéon” et “Chère Patagonie”, collaborateur du New Yorker, Jorge González est de ces artistes capables d’exprimer l’indicible et de rendre palpables les sentiments qui lient identité et géographie. Ces deux grands auteurs nous offrent un récit singulier et saisissant, qui parvient à mêler l’Histoire et l’intime.

Cliquez ici pour consulter le titre sur le site de l’éditeur.

RetourKosovoIl y a une quinzaine d’années, le Kosovo est devenu le théâtre d’une guerre civile, aux franges de l’Europe. Kosovar, Gani Jakupi a quitté son pays en proie au conflit. Écrivain, journaliste, jazzman, dessinateur et scénariste, il a vécu en France et en Espagne, avant de revenir au Kosovo après la fin des combats en 1999, pour retrouver sa famille et pour témoigner. À la fois proche et lointain, ce conflit a ravivé des doutes et des blessures qu’on croyait oubliés. Comment dire l’après? Gani Jakupi explore les douloureuses questions qui se posent quand les armes se taisent et que la vie doit reprendre ses droits.

 

 

, ,