top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Les carnets de l’Ifpo | L’exil: un enjeu politique. Le cas des réfugiés kurdes syriens au Kurdistan irakien

En ligne depuis le 21 mars 2016

L’Irak accueille 400’000 réfugiés syriens (Unhcr, décembre 2015), dont 99% de kurdes, installés majoritairement dans le nord du pays, au Kurdistan. Intégrée à un contexte où l’atmosphère conflictuelle rend incertaine les tracés nationaux, l’interaction entre ces personnes de même culture mais de nationalités différentes – syrienne et irakienne – devient un enjeu pour la question kurde dans sa dimension régionale. L’apparente ressource culturelle des migrants présuppose d’éventuelles allégeances intra-kurdes qui renforceraient, d’un point de vue politique, le poids de cette communauté dans la région. L’assise politique kurde irakienne est susceptible de devenir un enjeu pour la population syrienne en exil, à même d’utiliser l’influence de la région pour se renforcer. Soumis à des rivalités qui se réajustent, le terrain témoigne de l’hétérogénéité de la question kurde (syro-irakienne du moins). Un paysage politique se dessine dans les camps de réfugiés, à l’image d’une situation régionale qui se structure dans un contexte inédit. La micro-situation des camps de réfugiés devient un miroir du champ politique kurde syro-irakien.

Article de Charlotte Watelet, étudiante en deuxième année de master d’Études politiques à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), publié sur le site de l’Institut français du Proche-Orient, le 16 mars 2016. Cliquez ici pour lire l’article complet.

On voit au moyen de cet exil que la géographie du Kurdistan irakien devient une clé de lecture du champ politique kurde syro-irakien qui se réactualise au travers de cette migration. Elle n’est plus seulement une opportunité pour les déplacés, mais aussi pour les acteurs locaux qui utilisent leurs cousins syriens pour asseoir leur hégémonie. La frontière syro-irakienne n’apparaît donc plus comme un obstacle mais comme une ressource permettant aux différents acteurs kurdes d’étendre leur influence. A la fois objet d’affrontements et de dynamiques collectives, l’espace kurde irakien devient une scène incontournable pour la question kurde à plus grande échelle.

Camp de Qushtapa, juin 2014. Photo: Charlotte Watelet

Camp de Qushtapa, juin 2014. Photo: Charlotte Watelet

Cliquez ici pour lire l’article complet sur le site de l’Ifpo.

, ,