top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Le Temps | En Bulgarie, cette milice secrète à l’accent russe qui traque les migrants

En ligne depuis le 24 octobre 2016

La région à cheval entre la Bulgarie et la Turquie est une pièce maîtresse dans le dispositif de sécurité européen. C’est aussi ici qu’opèrent ces milices de volontaires qui font la chasse aux migrants. Reportage au sein de la plus importante – et la plus secrète – d’entre elles.

Article de Alexandre Lévy et Malko Tarnovo, publié dans Le Temps, le 21 octobre 2016. Cliquez ici pour lire l’article complet sur le site du Temps.

Il a fallu montrer patte blanche, argumenter, négocier chaque détail. L’Union Vassil Levski-BNO Shipka, organisation paramilitaire et patriotique, n’aime pas les curieux. «Nous sommes les seuls et véritables gardiens de la frontière de l’Europe face à la menace islamiste», nous avait annoncé Vladimir Roussev à Varna, principale ville au nord de la mer Noire, où se trouve son QG. Plus connu sous le nom de guerre de «Walter», ce petit homme râblé à la moustache fournie, dirige d’une main de fer l’organisation regroupant essentiellement d’anciens officiers des forces de sécurité du pays et qui affiche, selon lui, pas moins de 800 membres. Lui-même ex-colonel de l’armée de terre, Vladimir a du mal à se défaire du jargon militaire lorsqu’il nous expose ses activités: il y est question de «front» et de «base arrière», de «logistique» et de «chaîne de commandement». Nous comprenons que la véritable action ne se passe pas à Varna, mais beaucoup plus au sud.

Cliquez ici pour continuer la lecture.

Derniers billets publiés sur notre site sur la situation des réfugiés en Bulgarie:

,