top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Carte | Les réfugié·es palestinien·nes et les personnes vulnérables en besoin d’assistance au Moyen-Orient en 2016

En ligne depuis le 30 janvier 2017

Carte et texte de Philippe Rekacewicz, publiés sur le site visionscarto.net, le 27 janvier 2017. Cliquez ici pour voir le billet sur le site visionscarto.net.

Carte_RefugiesPalestiniens_visionscarto

Nous avons représenté sur la carte la situation telle qu’elle est décrite par l’UNRWA dans ses déclarations de la fin de l’année 2016, basées sur des informations datant de 2011, c’est-à-dire d’avant le début du conflit en Syrie. Il n’y a eu ni recensement ni même d’estimations crédibles depuis. Par conséquent, ces chiffres appellent quelques remarques.

La guerre qui a débuté en Syrie en 2011 a particulièrement affecté la population réfugiée palestinienne. Sur les 630’000 personnes enregistrées par L’UNRWA en 2011, 560’000 avaient le statut de réfugié·e. Il semble qu’environ 100’000 aient fui à l’étranger (dont au moins 40’000 au Liban et 20’000 en Jordanie). Au moins 450’000 personnes sont restées en Syrie, et au moins 280’000 ont été déplacées à l’intérieur du pays. Toutes vivent dans des conditions très critiques et ont un besoin permanent d’aide humanitaire. Une partie des réfugié·es palestinien·nes sont bloqué·es dans des régions où les combats font rage en permanence, comme à Yarmouk et Khan Eshieh à Damas, ou encore Muzeirib and Jillin à Deraa, devenus pratiquement inaccessibles depuis plusieurs mois. Les infrastructures et les institutions sont détruites ou fermées, les denrées de bases hors de prix et la circulation des personnes comme des marchandises pratiquement impossible entre les grands centres urbains.

Les organisations internationales estimaient qu’en septembre 2016, environ 12,5 millions de Syrien·nes étaient réfugié·es à l’étranger ou déplacé·es à l’intérieur du pays, soit environ 50% de la population totale. Depuis le début de la guerre en 2011, l’UNRWA n’est plus en mesure de suivre l’évolution de la population palestinienne réfugié·e ou en besoin d’assistance.

Par ailleurs, selon le Palestinian central bureau of statistics

  • la population totale de Cisjordanie représentait 2,9 millions de personnes en 2015, dont 33% étaient enregistrées auprès de l’UNRWA;
  • la population totale de la bande de Gaza représentait 1,8 millions de personnes dont 77% étaient enregistrées auprès de l’UNRWA.

Ces chiffres excluent – pour la Cisjordanie – la population de colons israéliens.

,