top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Amnesty | De nombreux réfugiés risquent d’être renvoyés dans un pays en guerre

En ligne depuis le 9 mai 2017

Lors des négociations de paix les 3 et 4 mai à Astana au Kazakhstan, la Russie et l’Iran qui soutiennent le régime de Bachal al-Assad, et la Turquie, favorable aux rebelles, se sont prononcées le 4 mai lors des négociations de paix à Astana, en faveur de la création de «zones de désescalade».

Article publié sur le site d’Amnesty Suisse, le 5 mai 2017. Cliquez ici pour lire l’article sur le site d’Amnesty Suisse.

Suite à cette proposition, Lynn Maalouf, directrice des recherches au bureau régional d’Amnesty International à Beyrouth, a déclaré:

«Les pays accueillant des réfugiés syriens ne doivent pas se leurrer: cette proposition ne représente pas une occasion de renvoyer en Syrie les personnes qui cherchent refuge sur leur territoire. Le conflit en Syrie continue de faire rage, et des gens continuent chaque jour d’être tués, torturés et détenus de façon arbitraire. Les réfugiés ont le droit, au titre du droit international, d’être protégés contre un retour forcé dans leur pays tant qu’ils risquent réellement d’y subir de graves violations des droits humains. Les États qui accueillent des réfugiés ont l’obligation de ne pas renvoyer de force des réfugiés syriens en Syrie, où leur vie et leur liberté seraient menacées.

«Les “zones de désescalade” ne doivent pas être utilisées par les pays pour justifier la fermeture de leurs frontières et pour dénier aux personnes fuyant un conflit et la persécution le droit de demander l’asile.»

Cette proposition, présentée pour la première fois le 3 mai 2017, a été rejetée par l’opposition syrienne qui s’est en conséquence retirée des négociations de paix parrainées par la Russie qui se tiennent à Astana, au Kazakhstan.

Derniers articles publiés sur notre site concernant la situation en Syrie ou les réfugiés syriens: