top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

HCR | Plus d’un million d’enfants fuient la violence au Soudan du Sud

En ligne depuis le 9 juin 2017

D’après les chiffres les plus récents des Nations Unies, les enfants représentent près de 62 pour cent des 1,8 million de personnes déracinées depuis trois ans par l’escalade du conflit au Soudan du Sud.

Article de Claire McKeever publié sur le site du HCR, le 8 mai 2017. Cliquez ici pour lire l’article sur le site du HCR.

Ouganda – Quand des hommes armés sont venus marauder autour de sa maison à Yei, au Soudan du Sud, Aïcha, mère de deux enfants, s’est enfuie à pied, en portant son plus jeune fils sur le dos.

En route vers la frontière, ils ont été arrêtés par des hommes en armes. Quand on lui a donné l’ordre de s’agenouiller, Aïcha a pensé qu’ils allaient être exécutés.

«Ils nous ont attaqué, ils avaient même l’intention de nous tuer, mais je portais un jeune enfant,» raconte Aïcha, convaincue que son petit Jonathan de quatre ans leur a sauvé la vie en fixant l’un de leurs attaquants.

«Quand ils m’ont vu comme ça, ils m’ont juste dit de m’en aller.»

Lorsqu’ils ont été attaqués, son aîné Godwin, 13 ans, a été terrorisé par l’extrémité de leur situation. Aïcha ne cessait de le rassurer en lui disant que tout irait bien et a tout fait pour que ses enfants gardent espoir pendant qu’ils cheminaient à travers la brousse vers l’Ouganda.

«J’ai encouragé les enfants en leur disant que tout serait pour le mieux. Comme les choses se sont aggravées à la maison, nous sommes venus ici pour nous mettre en sécurité. Avec le temps, tout ira bien.»

Comme l’ont annoncé aujourd’hui l’UNICEF et le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, Godwin et Jonathan — qui sont maintenant en sécurité dans l’installation de réfugiés de Bidibidi en Ouganda — font partie du million d’enfants ayant fui plus de trois ans de conflit au Soudan du Sud.

Photo: Climate Centre / flick

Les enfants représentent près de 62 pour cent des 1,8 million de réfugiés du Soudan du Sud. La plupart sont arrivés en Ouganda, au Kenya, en Éthiopie et au Soudan.

Au Soudan du Sud, plus d’un millier d’enfants auraient été tués ou blessés depuis l’éclatement du conflit en 2013 et, selon les estimations, environ 1,14 million d’enfants auraient été déplacés à l’intérieur du pays.

Près des trois quarts des enfants du pays ne vont plus à l’école, soit la plus forte proportion d’enfants déscolarisés dans le monde.

Les traumatismes, les bouleversements physiques, la peur et le stress vécus par tant d’enfants ne sont qu’une partie du lourd tribut prélevé par cette crise. Les enfants risquent sans cesse d’être recrutés par des militaires et des groupes armés et, vu l’effondrement des structures sociales traditionnelles, ils sont aussi de plus en plus vulnérables à la violence, aux abus sexuels et à l’exploitation.

Plus de 75’000 enfants réfugiés en Ouganda, au Kenya et en Éthiopie ont passé les frontières du Soudan du Sud seuls ou après avoir été séparés de leur famille.

En plus de ses propres enfants, Aïcha s’occupe également de ses neveux, Godfrey et Pilip, des jumeaux de six ans qui ont été séparés de sa sœur lorsqu’ils ont pris la fuite. Récemment, elle a aussi pris sous son aile une fillette handicapée de quatre ans, Mercy, qui a été trouvée abandonnée dans le camp.

Aujourd’hui, elle vit avec les enfants dans une nouvelle case en torchis, appelée tukul, construite avec de la paille et des briques de boue qu’elle a fabriquées elle-même.

Aïcha rêve que les enfants aillent à l’école et aussi de recevoir l’appui dont elle a besoin pour les nourrir afin qu’ils deviennent grands et forts pour étudier et s’occuper d’elle quand elle sera vieille.

«Je passe mon temps à rêver qu’ils trouvent le moyen d’étudier et que je puisse les nourrir. Ou que quelqu’un nous vienne en aide parce que je sais que seule, je n’y arriverai pas. Je prie le Seigneur pour qu’il trouve une autre voie et que mes enfants puissent à leur tour m’aider à l’avenir.»

Le HCR fournit un abri à plus d’un demi-million de réfugiés sud-soudanais dans le nord de l’Ouganda et s’emploie à préparer au plus vite de nouveaux campements pour abriter 30’000 nouveaux arrivants. Il faudrait un soutien financier bien plus important pour que chaque famille réfugiée puisse vivre en lieu sûr et bénéficie d’urgence d’une assistance humanitaire.

Les familles réfugiées qui fuient pour retrouver un logement ou vivre en sécurité sont doublement en danger avec la saison des pluies qui s’annoncent. Particulièrement vulnérables aux risques sanitaires et aux périls rencontrés dans des campements de fortune, les enfants ont d’urgence besoin de votre soutien.

Derniers billets publiés sur notre site concernant la situation au Sud Soudan ou des réfugiés sud soudanais:

,