top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Documentation médias et préjugés

Le Conseil suisse de la presse blâme un journal pour informations non vérifiées et discriminatoire

En ligne depuis le 15 juillet 2017

Fridolin porte atteinte au devoir de vérité et discrimine les requérants d’asile. Le Conseil suisse de la presse, organe suisse de surveillance des médias, a rendu une prise de position à l’encontre du journal régional glaronais Fridolin pour la publication d’un article colportant sans vérification des ragots de bistrots portant atteinte à l’image des requérants d’asile, et ayant donc une portée discriminatoire. 

Lire la prise de position sur le site du Conseil de la presse ou télécharger le PDF (en allemand).

Ci-dessous le communiqué en français publié par le Conseil suisse de la presse.

Le Conseil suisse de la presse blâme le journal régional glaronais Fridolin (Prise de position 21/2017) 

Il est indispensable, dans l’intérêt du public, de vérifier et de nommer ses sources. L’auteur de l’article a invoqué la protection de ses sources vis-à-vis du Conseil de la presse, mais son texte n’indique pas qu’il se fondait sur des sources connues et vérifiées par lui. Toutes les déclarations citées dans l’article réfutaient au contraire les faits présumés. La statistique officielle de la criminalité, facile d’accès, ne corrobore pas non plus ses allégations. Pour l’organe en charge de l’éthique des médias, il s’agit là clairement d’une violation du devoir de rechercher la vérité, le premier principe du code de déontologie des journalistes. Le Conseil de la presse estime en outre que les affirmations irréfléchies, contraires aux faits et indifférenciées sur les requérants d’asile violent l’interdiction de la discrimination.

, ,