top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Journal des jungles | “The loop” (mars 2017)

En ligne depuis le 10 novembre 2017

Une résidence de rédaction du Journal des jungles s’est tenue à Dieppe début mars 2017. Elle a réuni des exilés albanais (sur)vivant dans des interstices de la ville de Dieppe, des jeunes mineurs non accompagnés originaires d’Afrique de l’Ouest et d’Irak qui attendent une réelle prise en charge par les services de protection de l’enfance du département de Seine-Maritime, des exilés éthiopien et soudanais habitant dans le bidonville de Norrent-Fontes, des bénévoles des associations Itinérance Dieppe, Terre d’errance Norrent Fontes, Itinérance Cherbourg qui se battent chaque jour pour le respect des droits des exilés.

Suite à cette résidence, un journal est né!

Le journal peut être téléchargé sur le site de la Plateforme de Services aux Migrants (PSM) en cliquant ici. L’ensemble des numéros publiés se trouve sur le site de la PSM.

Editorial

Qu’ils soient exilés, migrants, demandeurs d’asile, bénévoles tous ont le même sentiment. Les jours se suivent et se ressemblent dans un mortel ennui pour certains, dans l’épuisement de démarches tous les jours répétées pour d’autres, dans des tentatives vaines de passage vers l’Angleterre, dans l’attente qu’un jour la France acceptera qu’ils s’installent sur le territoire.

Et pourtant, ils se lèvent chaque matin, sans vraiment d’espoir.

Cette désespérance les rend fous.

Certains disent qu’ils se sentent enfermés dans un cercle vicieux sans fin et que la mort serait préférable à cette attente.

Comment pourront-ils se reconstruire quand cette spirale infernale les aura définitivement brisés quand, après des années de galère sur la route des migrations, ils pourront enfin s’installer dans le pays de leur choix?

Quand aurons-nous la volonté politique d’accueillir ces hommes, ces femmes et ces enfants qui fuient les guerres et parfois la misère mais qui avant tout, sont des êtres humains comme vous et moi?

Claudie Rault-Verprey