top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

HCR |  Les propositions d’Israël pour la réinstallation préoccupent le HCR

En ligne depuis le 21 novembre 2017

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est sérieusement préoccupé par les propositions d’Israël annoncées le 16 novembre 2017 par Aryeh Deri, le Ministre de l’Intérieur et Gilad Erdan le Ministre de la Sécurité publique. Ces propositions prévoient de contraindre des demandeurs d’asile et des réfugiés d’Érythrée et du Soudan à accepter une réinstallation dans des pays d’Afrique ou risquer la prison en Israël. La fermeture du centre d’hébergement de Holot, qui accueille de nombreux Érythréens et Soudanais, sera également décidée dans les trois mois à venir.

Communiqué du HCR, publié le 17 novembre 2017. Cliquez ici pour lire le communiqué sur le site du HCR.

Ce plan fait suite à un jugement émis au mois d’août par la Haute Cour de justice d’Israël qui avalise la politique de réinstallation forcée appliquée par le gouvernement israélien depuis mars 2015, à condition que certaines mesures de protection soient mises en place dans les pays tiers.

Selon les rapports des médias, entre le lancement de ce programme en décembre 2013 et juin 2017 quelque 4000 Érythréens et Soudanais ont été réinstallés dans deux pays africains, au Rwanda et en Ouganda, dans le cadre du programme de départs volontaires du gouvernement.

Le secret entourant cette politique et le manque de transparence sur sa mise en œuvre, ont rendu très difficiles la surveillance et le suivi régulier de la situation des personnes réinstallées dans ces pays d’Afrique par le HCR. Le HCR s’inquiète toutefois du fait que ces personnes n’aient pas trouvé une sécurité suffisante ou une solution durable à leur situation et que bon nombre d’entre eux aient par la suite tenté des déplacements dangereux en Afrique ou vers l’Europe.

«En tant qu’État partie de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, Israël a l’obligation de protéger les réfugiés et les autres personnes nécessitant une protection internationale», a déclaré Volker Türk, le Haut Commissaire assistant du HCR en charge de la protection internationale. «Le HCR et la communauté internationale ont aidé Israël à honorer ses obligations internationales, notamment en réinstallant ou en trouvant des solutions pérennes à 2400 réfugiés qui ont quitté Israël au cours des dernières années.»

Quelque 27’500 Érythréens et 7800 Soudanais vivent actuellement en Israël. Depuis qu’Israël a repris la charge de la détermination du statut de réfugiés au HCR en 2009, les autorités n’ont reconnu le statut de réfugiés qu’à huit Érythréens et à deux Soudanais. Deux cents autres Soudanais, tous originaires du Darfour, se sont récemment vu reconnaître le statut de réfugiés humanitaires en Israël.

, ,