top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Migreurop | L’encampement et l’errance des migrants dans les rues de Paris (ou «Paris, nouvelle ville-frontière?»)

En ligne depuis le 1 décembre 2017

Il n’y a pas que les administrations ou les organismes spécialisés qui établissent des données, les associations et les collectifs d’aide aux migrants collectent aussi des informations qui permettent de saisir – à des échelles très fines – la manière dont vivent les exilés.

Carte et texte publié sur le site de Migreurop, le 1er décembre 2017. Cliquez ici pour ouvrir la page de présentation de la carte sur le site de Migreurop.

Depuis 2014, des milliers d’exilés vivent dans les rues de Paris. Tous (ou presque) se rassemblent, formant des campements de fortune et des squats, pour résister à la faim, la soif ou la peur. La police municipale et les CRS démantèlent ces campements en usant de coups de bottes, chiens de garde
et gaz lacrymogène. Tentes, sacs de couchages, cartons et parfois les documents d’identité sont jetés dans les camions-poubelles de la mairie de Paris, tandis que des barrières, pierres et mobiliers urbains viennent empêcher toute réinstallation.

Le récit que propose cette carte distingue deux mouvements: le premier démontre l’ère d’une politique de non-accueil au travers des campements de rue qui ont existé de 2010 à 2016. Le deuxième mouvement, qui a démarré le 22 juillet 2016, recense une répression toujours plus affirmée où les «évacuations avec mises à l’abri» ont laissé place aux rafles et déportations par avion. Le centre municipal dit «de transit» installé en septembre 2016, Porte de la Chapelle (18ème arrondissement), par la Mairie de Paris aurait probablement pu alerter les consciences. Paris n’étant pas une ville-frontière, pourquoi a-t-elle donc un camp de transit?

Cette carte a été conçue par trois collectifs de soutien aux personnes en exil: le collectif d’Austerlitz, La Chapelle Debout! et CPSE-Paris d’Exil. Superposition de données et d’expériences vécues par des milliers d’exilé.e.s et de parisiens sur plus d’une quarantaine de campements, cette carte raconte la capitale française telle que la connaissent celles et ceux qui ont décidé de briser les frontières.

Carte issue de: Migreurop (2017), Atlas des Migrants en Europe. Approches critiques des politiques migratoires, Paris, Armand Colin.
L’ouvrage sera publié en anglais avant la fin de l’année 2018.
En attendant, si vous êtes en mesure de traduire cette carte dans d’autres langues, merci de nous en faire part en envoyant un mail à: contact@migreurop.org

Dernières cartes concernant la problématique des réfugiés signalées sur notre site:

,