top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

HCR | Première évacuation de 162 réfugiés vulnérables depuis la Libye vers l’Italie

En ligne depuis le 24 décembre 2017

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a annoncé aujourd’hui l’évacuation de 162 réfugiés très vulnérables depuis la Libye vers l’Italie, y compris des enfants non accompagnés et des femmes qui avaient été retenus en captivité pendant de longues périodes.

Communiqué de presse du HCR, du 22 décembre 2017. Cliquez ici pour lire le communiqué de presse sur le site du HCR.

«Pour la première fois, nous avons pu évacuer des réfugiés vulnérables directement depuis la Libye vers l’Italie. Il s’agit d’un développement novateur et bienvenu qui n’aurait pu se produire sans l’engagement ferme des autorités italiennes ni le soutien du gouvernement libyen. Nous espérons vivement que d’autres pays suivront la même voie», a déclaré Vincent Cochetel, Envoyé spécial du HCR pour la situation en Méditerranée centrale.

«Certaines des personnes évacuées ont profondément souffert, elles ont été détenues dans des conditions inhumaines quand elles se trouvaient en Libye. Cinq de ces femmes ont accouché pendant leur détention, avec une aide médicale très limitée que nous avons pu assurer avec IMC, notre partenaire sur le terrain», a-t-il ajouté.

Le groupe de réfugiés érythréens, éthiopiens, somaliens et yéménites comprend des familles, des mères célibataires, des enfants non accompagnés et des personnes handicapées. Tous ont besoin de soins médicaux et d’une aide psychologique.

Après leur libération de détention, ils ont été accompagnés par des employés du HCR basés en Libye à Tripoli puis en Italie, où ils ont atterri dans une base militaire près de Rome avant d’être transférés auprès des autorités italiennes.

À leur arrivée, tous les réfugiés ont passé des examens médicaux. Ils ont également reçu des vêtements d’hiver et des repas chaud avant les procédures d’identification. Des équipes du HCR composées de médiateurs culturels et d’experts juridiques ont été déployées pour fournir des informations sur la procédure d’asile à ces personnes évacuées. Les réfugiés ont ensuite été transférés dans plusieurs centres d’accueil. Les soins et l’hébergement humanitaires sont assurés par la Conférence épiscopale d’Italie, par l’intermédiaire de Caritas.

Parallèlement, une troisième évacuation depuis la Libye vers le Niger sera organisée dans les prochains jours, ce qui permettra de mettre en sécurité 150 réfugiés supplémentaires.

«Avec cette dernière évacuation au Niger, le nombre total de réfugiés rapatriés depuis la Libye en l’espace de six semaines s’élèvera à 400», a déclaré Vincent Cochetel. «Cela n’a été possible qu’après des efforts intensifs de la part de notre personnel et des organisations partenaires. Le sourire de soulagement éclairant les visages des personnes évacuées est une source de motivation supplémentaire pour en sauver encore davantage. Nous comptons vraiment sur la solidarité internationale pour nous aider à atteindre notre objectif d’assurer la protection de 1300 réfugiés extrêmement vulnérables hors de Libye dès que possible.»

«Les évacuations de réfugiés ne doivent s’inscrire que dans le cadre d’efforts accrus pour la gestion des migrations et le renforcement des capacités en matière d’asile visant à répondre aux mouvements complexes de migrants et de réfugiés en Libye et le long des itinéraires méditerranéens qui y mènent», a conclu Vincent Cochetel.

, , ,