top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

AIDA | Rapport sur la détention dans le domaine de l’asile en Europe

En ligne depuis le 9 avril 2018

La base de données Asylum Information Database (AIDA) a publié le 6 avril 2018 un nouveau rapport dressant l’état des lieux de la restriction de liberté dans le contexte de l’asile en Europe. Intitulé Boundaries of Liberty.  Asylum and de facto detention in Europe, le document veut clarifier les lieux et instances de privation de liberté dans le contexte de l’asile, car si les mises en détention dans ce domaine sont parfois qualifiées comme telles, elles se produisent également souvent de fait. Le rapport dresse une analyse comparative intéressante des pratiques et cadres légaux de 23 pays européens.

Pour lire le rapport en anglais sur le site d’AIDA, cliquez ici.

Les conclusions du rapport démontrent que dans une période de pression migratoire, les États européens justifient la restriction de mouvement des personnes requérantes d’asile par des mesures organisationnelles qui laissent libre cours à la mise en place de mesures exceptionnelles.  Or, de manière globale, les frontières floues entre l’accueil des demandeurs d’asile, la restriction de leur mouvement et leur privation de liberté permettent la mise en place de procédures qui empêchent tout contrôle de pratiques arbitraires. Les zones de transit sont particulièrement désignées comme problématique parce qu’elles sont caractérisées par des normes légales ambigües, qui brouillent la distinction entre détention et accueil. Selon les auteurs du rapport, la restriction de mouvement doit également être considérée comme telle lorsque les conditions structurelles (telles que la localisation ou le manque de ressources financières par exemple) restreignent les déplacements des personnes qui y sont placées.

 

,