top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

CSP | Prise de position sur les centres fédéraux

En ligne depuis le 20 avril 2018

En vue de la restructuration de la procédure d’asile, le Secrétariat d’Etat aux Migrations a consulté les milieux concernés sur un projet d’ordonnance fixant les conditions d’hébergement dans les futurs centres fédéraux d’asile. Les Centres sociaux protestants ont rédigé une prise de position qu’ils mettent à disposition du public.

Prise de position du 19 avril 2018. Cliquez ici pour lire la prise de position sur le site des Centres sociaux protestants (CSP).

Extraits de la prise de position:

Dans les centres fédéraux, les personnes en demande d’asile sont privées de tout ce qui leur est propre, c’est-à-dire de tout ce qui fait d’eux des individus adultes et autonomes: pas de liberté d’aller et venir, pas de possibilité de mener une vie sociale en invitant des proches ou des amis, pas de possibilité de choisir leur nourriture, pas de possibilité de cuisiner, pas de possibilité de sortir le soir, etc.

(…)

L’allongement de la durée de séjour à près de quatre mois n’est donc pas sans conséquence et appelle à un changement de concept d’hébergement, afin de créer un sentiment d’accueil, condition sine qua non d’un processus ultérieur d’intégration. Ce sentiment d’accueil aurait aussi pour conséquence de faciliter la mise en confiance des demandeurs d’asile, ce qui simplifierait l’établissement des faits et donc aboutirait à des procédures plus efficaces.

(…)

Force est de constater que ce changement n’a pas encore eu lieu, et nous le regrettons vivement. Quelques assouplissements ont certes été formulés (…) [Q]uoi qu’il en soit, ces éventuelles améliorations ne constituent que de légères atténuations dans un cadre qui reste orienté principalement sur la sécurité, orientation qui restreint de manière excessive et souvent sans raison les droits fondamentaux des personnes concernées.


En relation avec cet article

, , ,