top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Drôles de news | Extrême droite. Banaliser pour mieux régner

En ligne depuis le 12 octobre 2018 et publié dans

«Chemnitz n’est pas un village de nazis», assurait Roger Köppel, chef de file de l’UDC et patron de la Weltwoche, après être allé voir les manifestations en Allemagne (24 heures, 03.09.18). Les néonazis? Selon lui, ils représentaient «sans doute moins de 10%» des manifestants. Et de dénoncer une «diabolisation» médiatique à propos de « chasses » aux étrangers dont il n’a «pas eu confirmation». Et comment qualifier l’attaque d’un restaurant juif et de son patron par des néo-nazis en marge de ces événements; un simple effet collatéral?!

Interview paru dans le 24heures, 3 septembre 2018Les gentilles manifestations étaient selon lui le fait d’une majorité de personnes ordinaires mais coupées des élites…

En Allemagne, le chef du Renseignement intérieur Hans-Georf Maassen (notamment chargé de la lutte contre les extrémistes violents), soutenu par Seehofer, ministre de l’Intérieur hostile à Angela Merkel, était sur la sellette mi-septembre, accusé de relations troubles avec l’extrême droite. Il avait aussi qualifié de fakenews les films montrant ces chasses à l’homme.

Le jour de la publication de l’inteview de Köppel, la Commission fédérale contre le racisme publiait une étude sur le traitement médiatique des musulmans en Suisse. La Weltwoche s’y distingue pour son «comportement problématique»: abordant majoritairement des thèmes créant une distanciation du public à l’égard des musulmans, tout en procédant à des généralisations.

La recette pour créer du rejet et de la xénophobie.

Sophie Malka

, ,