top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Solidarité Tattes | Grève des femmes requérantes d’asile

En ligne depuis le 14 juin 2019 - modifié le 13 juin 2019

Solidarité Tattes dirige une lettre ouverte aux Conseillers d’Etat à l’occasion de la Grève des Femmes de juin 2019. L’association veut porter la voix de femmes requérantes d’asile pour évoquer leurs difficultés. Elle attire notamment l’attention des autorités sur le cas spécifique de trois femmes migrantes qui vivent des situations qui les privent d’une possible revendication de leurs droits.

La lettre ouverte a été envoyée le 11 juin 2019 au nom du collectif Solidarité Tattes

Lettre ouverte au Conseil d’Etat genevois

Mesdames les Conseillères d’Etat, Messieurs les Conseillers d’Etat

A l’occasion de la Grève des Femmes, nous prêtons notre voix aux femmes requérantes d’asile pour que vous preniez en compte les difficultés qu’elles rencontrent, que cela soit dans leur pays, sur la route de l’exil ou lors de l’accueil qui leur est réservé en Suisse.

Beaucoup d’entre elles quittent leur pays pour fuir les violences tant domestiques, militaires (le viol de guerre est pratique courante dans de nombreuses contrées), climatiques qu’économiques, au désespoir de ne pouvoir sauver leur famille de tous ces maux.

Sur la route de l’exil, elles sont les proies faciles des cartels de la traite d’êtres humains. Souvent, elles sont obligées de se prostituer pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants. Certaines doivent laisser leurs enfants au pays ou en cours de route, pour les préserver des dangers liés à l’exil.

Lorsqu’elles arrivent chez nous, leur parcours traumatique n’est pas pris en compte. On ne les croit pas, elles n’apportent pas suffisamment de preuves concrètes, leurs récits sont jugés contradictoires. Mais comment pourraient-elles se sentir en confiance face aux agents des autorités suisses, pressés de classer les nombreux dossiers et sans une once d’empathie, pour raconter les épreuves subies ?

Trop souvent, l’autorisation de rester en Suisse dépend du statut de leur mari. Si ce dernier est au bénéfice d’un permis B, par exemple, elles le perdent au moment du divorce. Si elles ne sont pas mariées, les enfants acquièrent le permis du père, mais pas elles ! Le statut de la femme comme principal soutien de la famille n’est tout simplement pas reconnu.

C’est pour toutes ces raisons que, à l’occasion de la Grève des Femmes du 14 juin 2019, nous vous demandons à vous, haute autorité du canton de Genève, d’intervenir auprès de la Confédération (SEM) pour que les 3 femmes citées ci-dessous puissent voir leur situation pacifiée et légalisée, afin qu’elles puissent concevoir une existence de femme, qu’elles puissent se développer personnellement et accomplir sereinement leur rôle de mère et de soutien familial.

Il s’agit des personnes suivantes :

–        Mme F.D., femme béninoise. Elle quitte son pays avec son fiancé pour fuir leurs familles respectives qui s’opposent à leur union. En Lybie, le fiancé « disparaît ». Arrivée en Suisse, elle est renvoyée en Italie au nom des Accords de Dublin. Après plusieurs mois dans la rue, elle revient en Suisse. Enceinte, elle donne naissance à une petite fille, reconnue par son père qui a un permis C., ce qui permet à son bébé d’obtenir un permis B. Pour le moment, le père ne vit pas avec la mère et l’enfant. La Suisse refuse l’asile à F.D. qui a un « papier blanc »! F.D. est très affectée par cette situation administrative qui l’empêche de travailler, la contraint à la dépendance des services sociaux et l’empêche d’envisager une vie normale dans notre pays. Son enfant ne peut pas être intégré à une crèche. Nous demandons pour cette femme le même permis que pour son enfant, un permis B.

–        Mme N.G., femme érythréenne. Elle quitte son pays avec son mari et ses 2 enfants pour le Soudan, puis vers la Lybie, où elle perd la trace de son mari.  Là, elle est séquestrée pendant des mois avec sa fille âgée de 6 ans alors qu’elle est enceinte. Elle arrive en Europe en laissant son fils aîné à Khartoum. Aujourd’hui, un des enfants va à la crèche et l’autre est scolarisé. N.G. bénéficie d’un permis B., mais son fils aîné, âgé maintenant de 13 ans, est toujours au Soudan, où il dort régulièrement dans la rue. Nous demandons un permis humanitaire urgent pour cet enfant, afin qu’il puisse rejoindre sa mère, son frère et sa sœur à Genève.

–        Mme L.A., femme géorgienne. Elle a dû partir de son pays pour pouvoir faire soigner son mari lourdement handicapé suite à un accident de la route. Ne pouvant bénéficier de soins appropriés en Géorgie, cette femme a décidé de venir en Suisse avec son mari et son enfant de 5 ans, actuellement scolarisé à Genève. Elle assume seule la charge parentale et le handicap de son mari qui est en chaise roulante. Nous demandons un permis humanitaire pour cette femme et sa famille.

Dans les 2 premiers cas, la Confédération entérine comme possible la séparation de la mère et de l’enfant. Dans le troisième cas, la Confédération nie le rôle de la femme comme pilier de la famille.

Vous comprendrez que, pour Solidarité Tattes, il est difficile de participer à la Grève des Femmes de manière sincère avec de telles revendications sur le cœur.

Dans l’espoir que vous saurez prendre des mesures exceptionnelles pour célébrer dignement cette Grève des Femmes, soutenue par une grande majorité des habitant-e-s de notre canton, nous attendons votre réponse et vous présentons, Mesdames les Conseillères d’Etat, Messieurs les Conseillers d’Etat, nos salutations féministes.

Pour Solidarité Tattes :  Martine Félix et Viviane Luisier


En relation avec cet article

, ,