top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Forum civique européen | La Suisse doit agir contre la violation des droits humains à la frontière bosno-croate

En ligne depuis le 8 juillet 2019 - modifié le 9 juillet 2019

Depuis plusieurs mois, de nombreux témoignages de réfugié-e-s et des rapport d’ONG locales et internationales affirment que les autorités frontalières croates ont systématiquement recours à la violence contre les réfugiés qui tentent de traverser la Bosnie-Herzégovine pour rejoindre l’Union européenne (UE). Lors de ces refoulements (push-backs), aucun examen individuel des raisons de demandes de protection n’est mené, ce qui est illégal. En mars 2019, une délégation du Forum Civique Européen (FCE), dont Claude Braun du FCE Suisse s’est rendue à la frontière bosno-croate afin d’enquêter sur ces abus et de mettre en lumière les conditions de vie des réfugié-e-s. Selon le FCE, la Suisse est « co-respsonsable car elle soutient la politique des frontières menées par l’UE dans le cadre de Frontex et n’a pris aucune initiative politique ou humanitaire pour soulager le sort des réfugié-e-s à ce jour ».

Suite à cette visite, la délégation du FCE a publié un rapport  et un dossier sur la situation à la frontière bosno-croate. Dans leur communiqué de presse paru en juin 2019 et que nous reproduisons ci-dessous,  le FCE demande au Conseil fédéral d’agir sur le drame qui se joue à la frontière notamment en suspendant la participation des gardes -frontières suisses dans le cadre des patrouilles de l’agence européenne de protection des frontières Frontex.

Pour consulter la lettre adressée au Conseil Fédéral, cliquez-ici.

A lire également, la chronique monde intitulée  “Bosnie-Herzégovine, une étape piège”parue dans la revue Vivre Ensemble n° 172  (avril 2019).

Bâle, le 17 juin 2019

Forum Civique Européen
St. Johanns-Vorstadt 13
Case Postale 1848
4001 Bâle
www.forumcivique.org

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE POUR LES JOURNÉES DES RÉFUGIÉ.E.S 2019 

 

Violations massives des droits humains envers les réfugié.e.s à la frontière bosno-croate

Action de lettres pour le Conseil fédéral et question parlementaire du député Balthasar Glättli

De nombreux témoignages de réfugié.e.s, des rapports de médias et d’ONG renommées¹ prouvent que les autorités frontalières croates ont recours à la violence systématique contre les réfugié.e.s. Ils battent, volent et humilient celles et ceux qui cherchent une protection et les repoussent vers la Serbie et la Bosnie par des refoulements (push-backs) – sans examen individuel des raisons de leur fuite. Cette procédure est illégale. L’organisation “borderviolence.eu”, à elle seule, a documenté plus de 500 cas de violence à l’encontre des réfugié.e.s à la frontière de la Croatie, pays de l’Union Européenne. De plus, des gardes-frontières suisses ont été en patrouille avec leurs homologues croates dans le cadre d’opérations de l’agence européenne de protection des frontières Frontex.

C’est pour ces raisons, qu’avec une action de lettres, le Forum Civique Européen (FCE) exige du Conseil fédéral qu’il :

– intervienne auprès du gouvernement croate et des instances compétentes de l’Union Européenne et condamne les comportements inacceptables des autorités croates avec l’aval de l’UE
– suspende la participation suisse à ces opérations de Frontex avec effet immédiat
– apporte une aide concrète à la Bosnie-Herzégovine, pays pauvre, surchargé par l’accueil de plusieurs milliers de réfugié.e.s et propose d’accueillir un généreux contingent de réfugié.e.s en Suisse !


Traitant le même sujet, le conseiller national Balthasar Glättli s’est adressé le 12 juin dernier (question no. 19.5375) de la manière suivante au Conseil fédéral :
Le site “borderviolence.eu” fait état de plus de 500 cas où des personnes en quête de protection auraient été victimes de violences à la frontière croate. Les collaborateurs de l’agence FRONTEX auraient participé à des opérations de refoulement et à des actes de violence. Or des gardes-frontières suisses participent aux opérations de l’agence FRONTEX avec la police des frontières croate.
1. Le Conseil fédéral a-t-il connaissance de ces reproches?
2. Comment fait-il en sorte que les gardes-frontières suisses se comportent correctement?
3. Proteste-t-il auprès de l’agence FRONTEX et, le cas échéant, auprès de l’UE?
4. Serait-il disposé à accueillir des contingents venant de Bosnie et Herzégovine?


Nous joignons à ce communiqué le dossier de la délégation du FCE „Terminus Bosnie“ de mai 2019, ainsi que la lettre type qui sera envoyée dès la semaine prochaine massivement aux autorités fédérales. Nous vous remercions d’avance de bien vouloir relayer ces informations. N’hésitez pas de nous contacter si vous avez des questions supplémentaires. Avec nos meilleures salutations,

Pour le FCE, Claude Braun, au ch@forumcivique.org

(1) Reportage de la Rundschau de SRF 1 du 15.5.2019: “Sie suchen Asyl und sie kriegen Prügel”; Amnesty International, mars 2019: “Pushed to the Edge. Violence and Abuse against Refugees and Migrants along the Balkans Route”.


En relation avec cet article

, , , , ,