top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Migreurop | La France renonce à la livraison de bateaux à la Libye

En ligne depuis le 3 décembre 2019

En février dernier, Florence Parly, ministre des Armées, avait annoncé l’achat par la France de six embarcations rapides au profit des garde-côtes libyens pour faire face au « problème de l’immigration clandestine ». En avril, un regroupement de 8 associations avait saisis la justice “pour dénoncer la complicité de la France dans les violations des droits humains en Libye […]. Selon elles:  “La France affichait publiquement une collaboration bilatérale directe et concrète avec les garde-côtes libyens. En achetant six bateaux pour leur compte, la France participe au cycle de violations des droits humains commis en Libye à l’encontre des réfugiés et des migrants en donnant des moyens logistiques pour les intensifier.” En mai 2019, la justice avait rejeté la plainte ” se déclarant incompétente à opérer un contrôle de légalité“. Un recours déposé par ces mêmes associations devant la cour administrative d’appel de Paris semble avoir contribué au changement de cap du gouvernement français. Les associations demandent par conséquent que les pays européens renoncent à toute collaboration qui permettrait le maintien ou le refoulement d’exilés vers la Libye.

Retrouvez les 3 communiqués de presse signés conjointement par Amnesty International France, Asgi (Associazione per gli Studi Giuridici sull’Immigrazione), La Cimade, Gisti, Ligue des droits de l’Homme, Médecins Sans Frontières France et Migreurop relatifs à cette question sur le site de Migreurop: “L’état français livre des bateaux à la Libye: des ONG saisissent la justice!” (26.04.2019), “Guerre aux migrant.e.s: la justice française entérine la coopération de la France avec le gouvernement libyen” (14.05.2019), ” La France renonce à la livraison de bateaux à la Libye: une victoire qui doit marquer un tournant dans la coopération sur la politique migratoire!” (02.12.2019)

La France renonce à la livraison de bateaux à la Libye : une victoire qui doit marquer un tournant dans la coopération sur la politique migratoire !

Action Collective

Le réseau Migreurop salue l’abandon de ce projet et demande à tous les États membres d’interrompre toute coopération policière et militaire avec la Libye.

Dans le cadre du recours introduit par nos associations devant la cour administrative d’appel de Paris, la ministre des Armées, Florence Parly, vient d’annoncer qu’elle renonçait à la livraison de six bateaux au profit des garde-côtes libyens, livraison que nous contestions. Nous nous félicitons de l’abandon de cette initiative qui aurait fait de la France la complice officielle des crimes commis sur les personnes migrantes et réfugiées en Libye.

Nous avions, en avril dernier, engagé une action en justice afin d’empêcher la livraison, annoncée en février 2019 par la ministre des Armées, de six bateaux au profit des garde-côtes libyens. Nous dénonçons, depuis plusieurs années, les conséquences de la coopération entre les pays de l’Union européenne et la Libye pour les personnes migrantes et réfugiées piégées dans un véritable enfer.

Ces pressions juridiques et publiques ont fait céder le gouvernement : il ne donnera pas suite à cette promesse de coopération qui aurait octroyé aux garde-côtes les moyens logistiques de ramener les migrants dans ce pays où ils sont soumis aux pires sévices. Ce renoncement est avant tout une victoire pour des hommes, femmes et enfants que ces bateaux auraient reconduits vers un pays où ils couraient le risque d’être à nouveau détenus, torturés, violés.

Après l’abandon de ce projet, nous devons exiger de la France qu’elle pose des conditions strictes à toute coopération bilatérale et européenne avec la Libye afin que les droits et la sécurité des personnes migrantes et réfugiées soient garantis et respectés. Tant que ces dernières seront retenues en Libye dans des conditions inhumaines, la France et les autres pays européens devront renoncer à toute forme de collaboration ayant pour conséquence de les maintenir ou de les refouler en Libye.

Lundi 2 décembre 2019

Organisations signataires :

Amnesty International France
Asgi (Associazione per gli Studi Giuridici sull’Immigrazione)
La Cimade
Gisti
Ligue des droits de l’Homme
Médecins Sans Frontières France
Migreurop


En relation avec cet article

,